Vous aurez la guerre, c’est inéluctable !

Publié le 13 septembre 2019 - par - 2 012 vues
Share

Cela fait vraiment mal de rappeler les gens à cette réalité. Tous, nous aimons la paix, c’est certain : saluer nos voisins avec sourire, s’excuser avec sourire, entrer dans un magasin avec sourire, demander un renseignement dans la rue avec sourire, contempler un paysage, une œuvre d’art, lire un livre, regarder un film et tout cela, en toute quiétude, dans une ambiance de paix et de calme. Mais qu’est-ce que l’histoire quand on réfléchit ? Ce n’est que la narration dans le temps de nos haines et de notre cruauté et la cruauté est la concrétisation toujours impossible à canaliser et à dompter de nos haines. C’est là le fondement de mon récent essai « L’Urgence démocratique » : l’histoire est la forme essentielle de l’histoire ! Je l’écris, il y a une possibilité, sinon de mettre un terme à cette cruauté, du moins de la réduire au maximum. Cette possibilité est institutionnelle.

Or, comme cette possibilité est ignorée totalement par la censure de mon livre et partant, qu’elle ne fait pas l’objet d’un débat, nous continuons notre route sur la voie de Satan, bref, sur la voie du Mal. En d’autres termes, nous nous inscrivons dans les données classiques de l’histoire, c’est à dire encore, dans ce que j’appelle la bestialocratie.

Regardez ! Chaque jour qui passe est égrené d’actes de violence et une violence toujours plus grande. Des femmes sont violées, des hommes poignardés, des pompiers sont agressés à tel point qu’ils réclament l’assistance des gendarmes pour leurs interventions. Des maires sont également agressés à tel point encore que beaucoup ne se représenteront pas aux prochaines élections. Il n’y a plus de valeurs, plus de respect. C’est le retour à la bête. On a l’impression qu’une baudruche est gonflée chaque jour et qu’elle finira bientôt par éclater et que les dégâts seront plus terribles encore que ceux causés pendant les deux guerres mondiales.

Mais que faire pour arrêter la courbe folle de ce bolide désormais incontrôlable ? Je l’ai dit à maintes reprises sur Riposte Laïque : c’est le système et lui seul qui est en cause !!! C’est lui qui a fait des hommes que nous sommes aujourd’hui, des bêtes fauves, et cela est d’autant plus regrettable, pitoyable, malheureux, que nous étions dans une période de paix et que cette période justement aurait pu être analysée pour la porter toujours plus avant. Je veux dire par là que la nature permissive du système n’a même pas été mise en évidence ; que personne n’a saisi le fait que son ignorance allait nous reconduire dans l’époque précédente de la bestialocratie et que, encore une fois, comme Sisyphe, nous irions encore porter le rocher de notre bestialité en haut de la montagne pour le voir rechuter pour l’éternité !

C’est donc bien le système qu’il est urgent de changer car c’est lui qui nous conduit tout droit à la guerre. Dans mon essai, je propose une solution, il faut absolument en débattre… si l’on ne veut pas voir encore et encore, le sang couler.

 

Philippe Arnon

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.