Vous avez vraiment envie de vivre avec un masque sur le nez ?

Ainsi donc, c’est ainsi que vous avez envie de vivre ? C’est à cela que vous aspirez à défaut de respirer ? Engoncés dans un provisoire amené peut-être lui-même à ne jamais expirer ?

Dans la peur permanente ?

Dans une angoisse que vous savourez presque, heureux que l’on vous prenne en charge, que l’on vous dise ce qui est bien, ce qui est bon, ce qui est raisonnable ?

Cachés ad vitam æternam derrière un masque parce qu’on vous a persuadés qu’une maladie qui ne se soigne pas – dixit Édouard Phillippe – risque de vous sauter dessus dès que vous aurez oublié une seconde la sainte contension qui est devenue l’ultime vertu ?

Alors que les traitements existent !!! Évidemment, lorsque tout est fait pour interdire aux médecins de soigner, par la loi ou par le martèlement de la propagande, la maladie devient plus létale même si elle ne l’est pas en soi de façon exceptionnelle. Même une très forte grippe, si on vous laisse repartir chez vous avec un Doliprane, c’est soit vous allez mieux soit c’est pire. La Palice ne dirait pas mieux. Ainsi donc ce serait cela, la médecine de 2020 ? Une pièce qu’on lance : pile tu guéris, face tu crèves ? Diafoirus et Purgon, pas morts !

Imaginez un peu qu’on ait décidé à l ‘époque où sévissait la tuberculose que la streptomycine présentant un danger inconnu mais néanmoins potentiel, elle serait interdite pour les soins aux malades !

Aujourd’hui : traitement Raoult : niet !!! Autres traitements qui fonctionnent : niet !!! verboten !
Pourquoi ? L’OMS, L’Ordre des médecins, Sa Sainteté Bill Gates, la Morale, BFM TV et Sibeth N’Diaye vous l’ont dit : il n’y a pas de traitement – Répétez tous en chœur : il n’y a pas de traitement.

Alors quoi au final ? Eh bien : DES MASQUES ! DES MASQUES ! DES MASQUES !

Prosternation et incantation devant un bout de chiffon.

Se protéger jusqu’à ce que fatalement ça vous arrive. C’est un droit !!!

C’est bien cela, votre revendication ultime ? Votre poing levé ? Vos panneaux et slogans ? Des masques ?

Hélas ! Serez-vous écoutés ? C’est vrai, ça : comment aller manifester en toute sécurité sur les ronds-points pour réclamer votre droit à la protection quand vous n’avez pas la protection qui convient pour pouvoir aller défendre vos droits sur les ronds-points ?

Gilets jaunes des débuts, où est donc passée votre combativité ?

Donc c’est bien cela votre idéal de vie :

– Ne plus exister comme des êtres humains entiers et libres ?

– Ne plus vous serrer la main, ne plus embrasser vos amis ou votre famille, ne plus taper sur l’épaule de vos copains de rugby ou de troquet, ne plus rencontrer de nouvelles personnes ?

– Vous interdire l’aventure d’une amitié qui surgirait au coin d’une rue, au hasard d’une soirée dansante, au détour d’une visite au musée, à l’occasion d’une partie de pêche ?

– Ne plus faire l’amour d’ici quelques temps, que sur ordonnance médicale avec vérification de compatibilité sanitaire via la 5G et avec autorisation préfectorale ?

– Accepter de faire de votre propre corps lui-même votre ennemi, puisqu’on vous dit que c’est mal ; – vous méfier de votre peau, de votre sueur, de vos humeurs ? Ne plus toucher votre visage, ne plus vous gratter la tête lorsque vous êtes perplexe, ne plus remettre votre chevelure en place, ne plus frotter votre menton pour évaluer votre barbe de trois jours ?

– Vous branler avec des gants chirurgicaux devant des photos de filles entièrement recouvertes de latex ? Enfin il y en a à qui ça peut plaire mais ils ne doivent pas former la majorité de l’espèce.

Mais dans quel paysage schizophrénique allez-vous encore accepter d’évoluer ?

Demain, on va vous pucer et vous serez heureux que l’on vous signale que cet ami dont vous appréciiez hier encore la compagnie devient infréquentable puisque votre application Stop COVID, ou COVID ALERT ou quel que soit son nom, vous l’aura indiqué.

Marqué au fer rouge, étiqueté comme les brebis du cheptel, le gars Untel, la citoyenne Unetelle. Pour son plus grand plaisir et son plus grand soulagement.

Mais revenons un instant au présent : aujourd’hui c’est bien.

On vous déconfine, on vous rend la liberté (surveillée, la liberté, hein, pas fous ! – mais bon sang de bonsoir, quel oxymore!!!)

Et vous dites Bravo, et vous dites Merci.

C’est drôle, cette expression « confiné » : ça me fait penser à confiture, à confit, à paraffine aussi.

Mis en pot, en conserve, dans sa propre graisse. Caramélisé. Figé.

Englués, bien rangés sur vos étagères respectives (et attention, contrairement aux bocaux dans l’arrière-cuisine, surtout pas à touche-touche !)

En boîte, en terrine, entérinés, macronisés, billgatisés, laurentalexandrisés.

Et donc ceux qui diraient non à tout ça : ce seraient eux les méchants, les ravis de la crèche, les déraisonnables, voire les fachos, les nazis, les heures les plus sombres ?

Et donc on devrait écouter ces désormais devenus gras notables qui clamaient hier «  Il est interdit d’interdire » lorsqu’ils intiment aujourd’hui à ceux qui ne sont pas encore fous de « fermer leur gueule » ?

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?

Merde !

Jean-Paul Bourdin

image_pdf
0
0

43 Commentaires

  1. J’étais un peu choqué après la lecture de ce qui parait une charge contre le masque.
    Puis j’ai lu les commentaires et réfléchi. Moi qui prône le confinement des personnes ä risque, sans contrainte forte.
    Pour les personnes pensant à leurs proches, oui, même au sein d’une famille, d’un foyer, d’une maison, d’un appartement il faut donc
    Respecter la distance d’un mètre. Pratique pour les couloirs, canapés. Un lit pour deux devient un lit pour un. Changer les couches des chieurs…. En armure. En fait, les chambres non individuelles sont interdites. Interdit de toucher son bébé.Faire l’amour à un mètre de distance, sans se regarder, etc…
    Désinfecter tout ce qui est partagé. Les toilettes, la pièce entière, pas que l’abattant, à chaque utilisation.
    Oui, il faut aller jusqu’au bout.

  2. Très beau texte. Il faut faire reculer le port du masque. Revenir aux bises, aux poignées de mains, aux tapes sur l’épaule de façon ostentatoire et sans gêne. Il faut aussi trouver l’audace de se moquer – un peu – des porteurs de masque. Réfléchir à des remarques grivoises qu’on aura en tête à leur servir au besoin. En tant que dissidents, on est désormais acculé à avoir cette posture de rebelle – un peu de marginal et s’afficher crânement. Comme les personnes tatouées. Ce n’est pas la manière d’être de tous. ça pourra être difficile pour certains qui sont réservés et discrets. C’est un nouveau combat à mener.
    Il y a aussi l’opportunité que présente pour les femmes voilées le port du masque. Comment désormais dire à celles-ci quoique ce soit? Voilà un problème!

  3. Un masque et des lunettes en bois et on doit éviter les reconnaissances faciales aux caméras…

  4. J’ai adoré lire ce texte . C’est inconsciemment ce que je ressent quand je sort de chez moi. On m’a beau m’expliquer que c’est pour mon bien le confinement . Qu’il faut faire ci et ça et nanani et nianiania et les gentils médias nous rappelant sans arrêt: BIEN , PAS BIEN. Ils nous font passer les Français pour de gros niais- niais nous enlevant toutes nos responsabileté . Mais est ce le but recherché….???

  5. Toi confondre envie et besoin, jean paul!
    Nous avoir besoin de vivre avec masques pour protéger nous. Macon dire nous: pas bon masques, empêche immunisation sossiale et métro boulot. Le COV2, y parait que c’est le nom du virus, disparaitra si 70% des français choppent la crève. On en est à 6%, ça laisse de l’espoir pour 64% de non masqués. Le Confic scientisseil dire COVI Disease19 très bon pour opeune sociéti soros. Y font même dire des messes à la mosquée…. alors!
    Puis les morts ont saisi le vif de l’élysée qui s’est mis à porter des masques sur mesure.
    Faut pas sortir de la cuisse de jupiter pour comprendre la manœuvre…
    Si toi aimer macron et pas besoin de vivre, pas mettre masque.
    Si toi détester énarques et bobos urbains, alors envie de vivre et mettre masque.

  6. Il ne s’agit de vivre avec un masque mais de protéger durant un temps, la grand-mère ou le grand-père que l’on peut croiser. Vous êtes sûrement favorable à la reprise de la vie normale et du travail nous aurions pu le faire bien plutôt avec des masques, des tests et un traçage, comme en Corée du sud… il faut être un peu cohérent. Et l’homme de trente ans, en pleine santé, ne porte pas un masque pour se protéger mais pour protéger les gens fragiles qu’ils peut croiser ou rencontrer. Ce n’est pourtant pas difficile à comprendre.

    • Merci Vincent.
      Sachez que je ne suis ni un irresponsable ni un inconscient. Ce que j’ai fustigé ici c’est le béni-oui-ouisme ambiant, cette religion du masque. Cette religion du  » Je protège les autres je reste chez moi « . On nous envoie vers cela, et on y court ! Demain, on vous convaincra de vous vacciner pour enrichir Bill Gates et vous y sprinterez tout aussi vite. Bon sang, vous êtes sur Riposte Laïque, ne lisez vous pas les articles pour ne pas vous rendre compte qu’il ne s’agit pas tant des masques que de nos libertés fondamentales ? Je vous laisse à votre naïveté.

  7. Bravo ! A bas les masques, les puçages, les préservatifs, les vitesses, le tabac, l’alcool, les ceintures , les lois iniques, les règlementations idiotes, les dérogations permanentes, les contrôles…..Vive la LIBERTÉ, vive les Libertés, …..Redevenons des HOMMES , n’ayons jamais peur, nous sommes des gaulois pas des serpillères.

  8. Ouais bien sûr, avec un coefficient de 3 pour la contagion, on devrait faire comme si de rien n’était.
    Perso j’ai des gens à risque dans mon entourage.
    Donc je fais gaffe pour eux.
    Si vous êtes remy sans famille, tant mieux pour vous. Ou pas.
    Porter un masque dehors pendant un trimestre c’est pas cher payé pour éviter de voir un proche relié à un respirateur sans chloroquine n’est ce pas.

    • Exactement ! on ne porte pas forcément un masque pour soi mais pour son entourage.

      • Oui, mille fois oui, nous sommes d’accord. Je vous avais répondu d’un bref « amen » car ces réponses qui ne voient que le premier degré plutôt qu’un texte non sur les masques en soi mais sur la propagande actuelle, finissent par être pénibles. Donc sachez que je conçois le bien-fondé des masques, ils peuvent protéger et rassurer les autres et éventuellement soi-même. Cela n’empêche pas d’être vigilant sur nos libertés. C’était tout le sens de mon texte.

    • Justement, vous soulevez bien là le vrai souci (et sachez que moi aussi j’ai des personnes qui me sont chères dans mon entourage) : pas de traitement puisqu’on empêche les médecins libéraux de le prescrire, même hors AMM. Et les tests ? Et encore une fois : ce n’est pas de l’efficacité en elle-même des masques, essentiellement pour notre entourage, dont il est question. Je ne nie pas son intérêt. Mais de cette politique de dictature à la Huxley qu’on nous prépare. Alors on veut nous faire aller vers les masques et vers des applications de flicage, et ça marche.

  9. Les médecins portent des masques pour rien alors? Les pays asiatiques qui n’ont pas eu de confinement mais des tests et le port du masque généralisé s’en sont bien tirés. On a réclamé des masques et maintenant qu’on en a, on n’en veut plus? Ce n’est pas très sérieux, c’est de la contestation de gamins.

    • tout d’abord Cocotte les médecins n’en n’ont jamais porté jusqu’à maintenant et ce sont les chirurgiens qui en portent et pas à longueur de temps non plus !!!! Moi j’ai essayé de porter ce masque et j’ai fait de la tachycardie !!!!! contestation de gamin ??????
      de plus tu me fait penser à un neuneu qui ne se pose même pas la question de savoir si le port du masque est nocif !!!! respirer son propre gaz carbonique dans un petit espace confiné saturé !!! ça ne te pose pas problème ???????????????????

      • Elle c’est une cocotte mais vous vous êtes vraiment un gamin. Mais oui, les médecins aujourd’hui porte un masque et certains qui en étaient dépourvus en sont morts. Et quand on est dans un transport en commun ou dans un magasin, on ne porte pas un masque durant 6 heures d’affilés (en fait deux fois 6 heures, il y a une petite pause entre deux), comme ma fille infirmière dans un service de réanimation covid-19.

    • de plus Cocotte tous ces problèmes respiratoires proviennent essentiellement de la Chine et si je m’abuse une grande majorité de cette population porte un masque à longueur de journée !!!!
      étrange non ??? cette population qui porte des masques ne modifient t’elle pas son système immunitaire donc enclin à la moindre pathologie et surtout contaminer le reste de la population qui n’en porte pas !!!!!

    • de plus Cocotte pour les autres pays asiatiques ceux qui ont fermé leurs frontières dès le début e n’ont eu pratiquement aucun cas à part Singapore et le port du masque qu’ils n’a vraiment aucune utilité !!! et surtout l’efficacité du port du masque n’a pas été démontré !!!!!!

    • comment aussi le système immunitaire peut s’adapter à ce virus si l’on l’en empêche en inhalant son propre gaz carbonique et en s’aspergeant de gel hydroalcoolique qui bouffe la peau des mains ??? bonjour l’aimant à virus !de plus une personne contaminée du COVID a les poumons atteints et en portant ce masque , elle va inhaler ses poumons contaminés !!!!! réfléchie un peu cocotte avant de faire prout prout pour rien dire !!!
      de plus , maintenant les trottoirs des villes sont jonchés de masques et de gants usagers et y en a des milliards produits !!!!

      • ça vole très bas votre réflexion. Le masque n’est pas fait vraiment pour se protéger mais pour protéger les copains.

  10. c’est aussi une marque de respect envers l’autre de ne pas lui postillonner à la figure.

    • donc ça doit rester une règle de savoir vivre facultative et non une dictature

      • Oui mais moi qui porte un masque pour protéger les copains, j’aimerais bien que la réciproque soit vrai. On peut ne pas porter de masque… en restant chez soi.

    • Tout à fait d’accord, et même en dehors des périodes d’épidémie.

  11. Je crois que vous touchez le coeur du pb (des masques) : l’aspect culturel neutre qu’il a pour les asiatiques, urticant pour nous : à des ethnologues de creuser le pourquoi, « it’s the point ».

    Des traitements pratiques semblent exister effectivement, même si les épistémologues des labos pharmaceutiques nous serinent qu’on n’a pas trouvé la munition du fusil qui va toucher le coeur du corona à 800 m.

    Mais ce corona-virus O.G.M., dans le mouvement brownien du monde, est un prélude … peut-être.

  12. Le seul avantage du masque, avec un bonnet sur la tête et une paire de lunette de soleil ? FINI LA RECONAISSANCE FACIALE ! Allez vous faire enc……

    • oeil pour oeil dent pour dent ! viva la muerte des putes a merdacron !

    • quitte a etre obligés de mettre ça transformons le en instrument de contestation en y inscrivant genre « macron degage » ou autre

  13. Je le répète depuis le début à mon entourage que les masques sont des passoires . Tant que l’air passe, les virus passent. En plus, ils appauvrissent le sang en oxygène, ce qui n’est vraiment pas idéal pour renforcer le système immunitaire.
    Confinement puis masques : il semblerait que tout est fait pour nous affaiblir, en attendant le vaccin qui nous achèvera.

    • Oui mais en attendant dans les lieux fermés (magasin) et dans les transports, je porterai un masque. Quant au vaccin, si c’est comme celui du sida, on peut attendre la Saint Glinglin. Et dans tous ces lieux, si vous ne portez pas de masque, c’est au préjudice des copains. Le port du masque, plus les tests, comme à Honk-Cong, nous aurait probablement éviter les arrêts de travail.

    • le vaccin ne pourra pas nous achever si nous sommes aussi organisés qu’en 2009 avec le H1N1 première tentative de sarko de nous faire sa dictature , il faut rappeler que jane burgermeister admirable dans son opiniâtreté avec déposé une plainte contre le vaccin et gagné la partie . la nécessité est ici d’être verbalement tres violents dans notre refus écrit de ce viol génétique par vaccin purin ainsi on fait sortir le loup de bois

  14. Le masque deviendrait il un objet transitionnel pour adulte infantilisé ?
    Jamais sans mon masque ! Jusqu’a l’abattoir !
    Les porteurs de masque ‘fait maison’ , gantés, surveillants la bonne distanciation me font horrreur. Il ne leur maque plus qu’une crécelle pour eviter une inconsciente dangereuse comme moi.
    Aide soignante à domicile, je ne supporte plus le masque, qui prive nos patients de sourires, provoque des allergies et des gênes respiratoires.
    Ras le bol du masque que je porteraii encore mais qui ne sert plus a rien , l’épidémie du covid se termine, mais pas celle de la crétinerie !

    • … »que je porterai encore mais qui ne sert plus à rien »

      Si ça ne sert à rien,alors pourquoi le porter?Tout cela est plein de contradiction.Assumez-vous Viviane!

    • Un masque ? Mais çà sert à attaquer une banque !

  15. Oh que cela fait du bien de vous lire !
    Mais relevez-vous, bon sang, debout !!!
    Et utilisez votre cerveau … en le disant autrement

    • Merci beaucoup Françoise.
      Vous avez bien compris que je ne critiquais pas en soi ces masques qui peuvent protéger à minima, et également rassurer. Cette lecture au premier degré qu’ont certain me donne envie de leur répondre  » euh, voyons…comment vous dire… » mais ce serait vain je crois.

Les commentaires sont fermés.