Vous mangez peut-être halal et casher sans le savoir !

« Si la liberté d’expression nous est enlevée alors, muets et silencieux, nous pourrons être conduits à l’abattoir comme des brebis. » [Georges Washington]

Gérald Darmanin, qui avait souhaité aux musulmans une excellente fête de l’Aïd el Adha en juillet, ne peut être accusé d’islamophobie. Malgré cela, suite à une visite dans un supermarché, il a pris le risque de froisser ses amis en parlant de « cuisines communautaires » et de se mettre à dos les chefs d’entreprises en affirmant « que le capitalisme a une responsabilité (…) parce qu’ils avaient envie de gagner de l’argent sur le communautarisme ». Sans les nommer directement, ces déclarations faisaient référence aux rayons halal et casher des supermarchés. Et comme il fallait s’y attendre, une vague d’indignation et de moqueries a déferlé sur lui. Députés, sénateurs, maire, journalistes, avocats, juristes, responsables associatifs et islamophiles de tout bord (souvent de gauche) ont sévèrement critiqué ces propos. Malgré toutes ces attaques, M. Darmanin maintient courageusement sa déclaration : « Je n’ai pas un mot à retirer à mes propos. Pas un. Oui le capitalisme a aussi une responsabilité dans la société, tout ne peut pas faire objet d’argent. »

M. Darmanin n’a pas tort, le capitalisme a bien une responsabilité dans le développement du communautarisme. L’argent a bonne odeur d’où qu’il vienne. Avec plus de 10 % de croissance par an, le marché halal prospère en France. Selon le cabinet de marketing Solis, le chiffre d’affaires du marché de l’alimentaire halal devrait atteindre 5,5 milliards d’euros en 2010, dont 1 milliard d’euros pour la restauration. « Le Français a le cœur à gauche, mais le portefeuille à droite » [Anatole de Monzie]. Pour Michel-Édouard Leclerc « ces propos sont assez minables et puent la manipulation. On peut évidemment vendre du casher et du halal en étant patriote ». C’est vrai, le problème n’est pas la vente de produits halal ou casher mais le fait que pour les viandes, ces produits sont vendus sans que le consommateur soit informé sur la méthode d’abattage. En 2012, sur sa tribune Michel-Édouard Leclerc avait donné son avis sur ce sujet.

Pour un musulman, les interdits de la religion ne se discutent pas, il n’y a pas de « pourquoi ? » dans l’islam, tout est écrit «  inch’Allah ». Le halal est un combat identitaire fort qui témoigne de façon très explicite de l’avancée de l’islamisation dans notre pays. Le halal est une espèce de cordon sanitaire qui préserve la « pureté » des musulmans du reste de la société d’accueil. L’obsession de la nourriture halal est celle du pur face à l’impur, du fidèle face à l’infidèle, du croyant face au mécréant. En imposant le halal partout où cela est possible, les musulmans font passer un message clair à l’ensemble de la société française : ce n’est pas à nous de nous adapter à votre modèle laïque, c’est à votre société et à vos entreprises de vous plier à nos lois religieuses. L’estampille halal devient une marque identitaire désignant des produits réservés à la communauté musulmane. Ainsi, le champ du halal, d’abord centré sur la seule viande, s’étend, au fur à mesure de l’accroissement de la population musulmane, aux produits alimentaires contenant de la viande ou des ingrédients issus de matières animales, aux additifs, aux médicaments, aux cosmétiques, etc. Il s’accompagne même d’un rejet de produits traditionnellement admis comme licites par la communauté musulmane. Ainsi, les viandes « des gens du Livre », considérées habituellement comme licites, sont désormais perçues par les plus jeunes comme illicites. L’écosystème halal doit permettre au « consommateur musulman » de vivre dans un espace halal, sans jamais rencontrer de produits illicites. Cette situation ne favorise pas du tout le vivre-ensemble et participe même à leur enfermement dans leur propre système culturel et religieux.

Dans une vidéo, l’association L214 avait mis en évidence les terribles conditions dans lesquelles sont égorgés sans ménagement les animaux derrière les murs de l’abattoir d’Alès. Mais ce que ne dit pas la presse dans cette terrible affaire, c’est l’influence du halal dans ce mode d’abattage. En fait une partie de ces images montrent comment se déroule un abattage rituel industriel. Avec la progression de l’abattage halal ou casher, cette façon de faire se généralise dans de très nombreux abattoirs français. La loi interdit pourtant d’abattre des animaux qui n’ont pas été assommés, mais pour permettre aux musulmans et aux juifs de respecter leurs traditions religieuses, l’État français a mis en place une dérogation spécifique et exceptionnelle pour l’abattage rituel sans étourdissement, car pour le halal et le casher l’animal doit être vivant ou réputé vivant au moment de l’abattage (Coran 5 : 3). Depuis ce type d’abattage est devenu, malheureusement, la norme en France, car les industriels ont très vite compris que cela pouvait leur permettre de faire des économies d’échelle importantes en ne tenant pas compte du règlement (CE) n° 1099/2009 du conseil du 24 septembre 2009  sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort. Les industriels cherchent à standardiser les processus d’abattage et à éviter l’alternance des deux processus (rituel et traditionnel) qui affaiblissent la productivité. En principe, l’animal doit rester immobilisé dans une cage de contention, parce que, une fois qu’il a la gorge tranchée, chaque mouvement accroît sa douleur. Pour tenir la cadence, les responsables d’abattoirs sont tentés d’écourter cette étape. Dès que le sacrificateur a fait son œuvre et dit sa prière, l’animal est remplacé par un autre. Pour certains industriels, il s’agit de se protéger d’une concurrence perçue comme déloyale, les abattages rituels permettant d’atteindre une meilleure rentabilité donc pratiquer des coûts inférieurs.

« Quand il s’agit d’argent, tout le monde est de la même religion. » [Voltaire]

Il ne faut pas perdre de vue que la notion de « pureté » est extrêmement importante pour les musulmans, ainsi un animal abattu de façon rituelle ne doit en aucun cas être en contact avec des animaux ou des substances non halal (soit au cours de l’abattage et du stockage, soit pendant le transport, soit durant la phase de transformation). C’est aussi pour cette raison que certains abattoirs ne font plus que de l’abattage rituel et que l’abattage des porcs a été délocalisé dans des abattoirs dédiés. Les boucheries ou points de vente de viandes halal et leurs dérivés ne doivent contenir que des viandes halal et leurs dérivés halal, le mélange des produits halal avec des produits non halal faisant perdre le caractère halal est interdit. Dans ces conditions, on peut objectivement se poser la question de savoir si un non-musulman peut être employé dans ce type de commerce (coran 9 : 95). La demande halal se porte prioritairement sur les quartiers avant les abats. Ce sont en effet ces morceaux qui sont les plus utilisés dans les cuisines maghrébine et orientale traditionnelles (viande bouillie, marinée, mijotée). Dans le rite casher, seul l’avant de l’animal est consommé. Se rajoutent à cela les carcasses refusées par le sacrificateur, car elles ne correspondent pas aux critères de perfection du casher. Le surplus de viande issu de l’abattage rituel est dirigé vers les circuits « classiques » de distribution et approvisionne boucheries, hypermarchés et restaurants sans aucune information pour le consommateur. Dans ces conditions, pour vendre un kilo de viande halal ou casher, il faut abattre trois kilos !

« Les producteurs d’ovins et de bovins ont un intérêt économique puissant à organiser une complémentarité entre les circuits de distribution classique et halal à partir d’animaux abattus de façon rituelle. Les morceaux arrière trouvent des débouchés auprès des consommateurs classiques alors que les avants et les abats s’orientent majoritairement vers les consommateurs musulmans » [1]
« Nous ne pratiquons pas l’abattage rituel pour le plaisir, mais parce qu’il existe un marché pour certaines pièces de viande. Comme il n’est pas question de gaspillage, il nous faut bien valoriser l’ensemble du produit. L’abattage est un métier de désassemblage. C’est l’inverse de l’industrie automobile. Cette dernière assemble des pièces détachées pour produire une voiture ; nous, nous faisons entrer un bovin dans une chaîne de laquelle sort un certain nombre de pièces. En cas d’abattage rituel, celles qui n’intéressent pas le marché concerné doivent bien être valorisées autrement. Étiqueter systématiquement halal, c’est courir à la catastrophe!» [M. Philippe Dumas.] [2]

Cette façon de faire contrevient à la réglementation sur l’abattage. Car si les viandes issues de l’abattage rituel ne sont pas destinées uniquement à une consommation religieuse alors la dérogation à l’étourdissement ne se justifie plus.

La Chambre d’agriculture d’Île-de-France a confirmé dans un communiqué que 100 % de la viande abattue en Île-de-France l’était selon les traditions musulmane ou juive [3] . Selon un rapport de fin 2011 émanant du Conseil général de l’alimentation, 51 % de la viande est abattue selon les rites musulman et juif alors alors que la demande en viande halal ou casher devrait correspondre à environ 10 % des abattages totaux. Cette absence de traçabilité, Que Choisir l’a mise en évidence lors d’une visite sur le marché de gros de Rungis. Selon les desiderata du client, la viande est halal ou pas. « Avec l’informatique, c’est facile. On a un code spécial halal sur les carcasses issues de l’abattage rituel. Si le boucher demande de la viande halal, je mets le code sur la facture. Et si au contraire le client n’en veut pas, c’est tout simple, j’enlève le code… », a déclaré un grossiste. Cela montre bien que 100 % de la viande provient de l’abattage rituel ! [4]

Évidemment, les industriels, les distributeurs et les instances religieuses juives et musulmanes sont férocement opposés à tout étiquetage des viandes abattues sans étourdissement : « étiqueter l’abattage rituel revient à stigmatiser des cultes et à se couper totalement de l’exportation — 95 % de la viande exportée est abattue rituellement » [5] . Mais ce qui est plus grave c’est qu’une sénatrice, Mme Sylvie Goy-Chavent rapporteuse pour la mission commune d’information sur la filière viande, a fait l’objet d’insultes, d’attaques personnelles et de menaces sur Internet pour avoir suggéré l’instauration d’un étiquetage obligatoire du mode d’abattage.

Le consommateur non musulman ignore d’ailleurs souvent qu’il acquitte une taxe de 10 à 15 centimes (voire plus) par kilo de viande au profit des mosquées et associations islamiques qui gèrent l’abattage halal. Beaucoup d’argent circule ainsi, d’ailleurs souvent « exonéré » de toutes taxes et sans que la destination finale soit réellement connue avec précision, car l’islam ne comporte pas de clergé organisé. Le service rendu par ces associations n’est pas gratuit : faire certifier la viande halal coûte 10 à 15 centimes d’euro le kilo, selon Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon. « L’abattoir paie une taxe, dite taxe halal, à la mosquée avec laquelle il a signé une convention ou un contrat. Cette taxe varie selon le tonnage des viandes », précisait déjà en 2006 Abdallah Zekri [6] , l’un des membres du Conseil français du culte musulman. Il s’agit d’« un marché juteux, qui rapporte beaucoup d’argent », poursuivait-il. « Près de 50 millions d’euros de chiffre d’affaires », estime Kamel Kabtane. Le recteur de la Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, parlait de 500 000 tonnes en 1995. Le coût de la certification est répercuté sur le consommateur musulman ou non. Il n’existe en France aucune enquête sérieuse sur les flux financiers de l’industrie halal. Ces canaux sont très opaques en transitant via les mosquées et leurs organismes de certification halal ; il est possible que le circuit du halal puisse alimenter des organisations terroristes. Et ce n’est sans doute que la partie émergée de ce commerce juteux qui donne à l’islam des moyens d’existence énormes, en contradiction avec les principes de laïcité et des règles commerciales. Il y a aussi le financement public des abattoirs temporaire pour la fête de l’Aïd-el-Kébir comme au Mans (380 000 euros). Une plainte avait été déposée, mais la Cour d’appel de Nantes a jugé la dépense justifiée par le fait (entre autres) « que cet établissement sanitaire est ouvert dans des conditions similaires à tout usager potentiel et pouvant accueillir d’autres abattages ». Je serais curieux de connaître les réactions de l’imam et du maire… si quelqu’un se présente pour faire abattre des cochons. Ils crieront certainement à la provocation et à l’islamophobie… Là encore les partis politiques peuvent compter sur le silence des médias. Les Français ne seront pas informés.  

Dès lors que l’interdiction de l’abattage rituel ne paraît pas praticable, l’information du consommateur sur le mode d’abattage constitue la seule piste permettant de garantir à ceux qui ne veulent pas consommer des viandes issues d’animaux abattus sans étourdissement, de ne pas être trompés sur la marchandise.

« À mon sens, lorsqu’un animal est abattu rituellement, tous les produits qui en sont issus doivent être rattachés à ce rite. Il faut en conséquence que les consommateurs soient informés : il n’y a aucune raison d’obliger qui que ce soit à consommer une viande sans disposer de l’information qui la concerne. » [M. François Pupponi] [7]

Par le refus de l’étiquetage il y tromperie sur la marchandise, car on subordonne l’achat de viande, sans en avertir le consommateur et sans qu’il en ait le choix, au financement du culte musulman. Cette façon de faire est contraire au Code de la consommation — Article L122-1 [12]. Le Code précise aussi qu’une pratique commerciale est trompeuse « lorsqu’elle repose sur des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur et portant sur l’un ou plusieurs des éléments suivants : (…) ses qualités substantielles, sa composition, ses accessoires, son origine, sa quantité, son mode et sa date de fabrication ». Cette façon de faire pourrait être également qualifiée d’escroquerie en référence à l’article Article 313-1 du Code pénal : « L’escroquerie est le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge. » 

La banalisation de l’abattage rituel, notamment halal, profite d’une large complaisance du monde politico-médiatique voire de l’État, sous couvert du respect des religions, en oubliant celui de la laïcité, de la santé et surtout de la loi. Il est urgent pour nos politiques de reprendre la place qui leur revient et de se défaire des barrières idéologiques qui leur sont imposées par les médias, les associations et les pseudo-intellectuels et défendre l’intérêt du peuple français avant celui de l’islam. Cette façon de faire montre le manque de respect qu’accordent nos hommes politiques aux non musulmans alors que tout est fait pour respecter dans les moindres détails les spécifications halal et casher.

C’est le financement du culte musulman à l’insu du consommateur. L’abattage rituel dans ces conditions s’oppose au principe de laïcité, car il impose aux autres, sans leur en laisser le choix, les pratiques de consommation de religions qui ne sont pas majoritairement les leurs.

M. Nicolas Dupont-Aignan a fait une nouvelle proposition de loi visant à rendre obligatoire l’étiquetage affichant la mention « viande issue d’abattage rituel » avant sa mise sur le marché (Enregistré à la présidence de l’Assemblée nationale le 10 avril 2019). Mais il y a très peu de chance qu’elle soit adoptée. Une chose est sûre, les industriels ne veulent pas de ce double étiquetage et aucun ne soutiendra une mesure qui, selon eux, auraient l’air de diaboliser le halal et le casher.

« On peut tromper tout le monde pendant un certain temps et certains pour toujours, mais on ne peut pas tromper tout le monde éternellement ! » (Abraham Lincoln)

Je dédie cet article à ceux qui ont ironisé sur les déclarations du ministre de l’Intérieur et plus particulièrement à : M. Richard Ferrand (Président de l’Assemblée nationale française), M. Alexis Corbière (député) M. Michel-Édouard Leclerc (chef d’entreprise), Émilie Cariou (députée), Olivier Bianchi (maire), Laurence Rossignol (sénatrice), Patrick Klugman (avocat), Denis Quinqueton (Codirecteur de l’Observatoire LGBT+), Elsa Gambin (Journaliste), Michel Deléan (Journaliste à Mediapart) et à tous ceux qui pensent que le halal n’a rien à voir avec l’islam. Mais aussi a M. Darmanin afin qu’il perfectionne sa connaissance de l’islam en tant que ministre des Cultes.

Johan Zweitakter


[1] Rapport d’enquête sur le champ du halal (2005) page 33.
[2] Avis présenté au nom de la commission des affaires économiques sur le projet de loi de finances pour 2014 (n° 1395) tome I. — Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales agriculture et alimentation par Mme Marie-Lou Marcel — Députée.
[3] https://www.20minutes.fr/societe/883883-20120221-100-viande-abattue-facon-rituelle-ile-de-france-selon-chambre-agriculture
[4] Source : Que Choisir février 2012.
[5] Idem 2.
[6] Abdellah Zekri, président de l’Observatoire des actes islamophobes du CFCM.
[7] Idem 2.

image_pdf
0
0

61 Commentaires

  1. On croirait à une nouveauté ! Mdr ! On leur fera bouffer du porc de force ! On les mettra en terre baignant dans du sang de porc ! Tous les sacrilèges de leur immonde religion leurs seront imposés au nom des Croisés ! L’islam est une religion de MERDE !

  2. Pour être Aryen , mangez du porc ou du poisson ou du bœuf et du mouton dans les circuits vraiment français de souche ,on paie un peu plus cher le cultivateur et le pécheur gaulois , mais c’est plus sain pour la santé mentale

  3. Le label BIO est interdit pour la viande halal c’est déjà quelque chose. D’autre part, allez sur « suivez le coq » et vous aurez les numéros et noms des abattoirs non halal. Il y a des entreprises qui vendent de la viande non halal sur internet et de toute façon vous pouvez toujours leur demander de confirmer le numéro d’enregistrement de l’abattoir avant d’acheter, ils doivent vous le fournir. Il faut boycotter la viande halal.

  4. Nombreux sont les non musulmans, qui achètent sciemment de la viande Hallal… C’est moins chère ! Alors, que faire ?

  5. Franchement, ce faux débat sur la nourriture hallal et casher est stupide et inutile. Cependant, il existe une énorme différence entre le casher et le hallal. Non pas dans la production, mais dans les proportions. Il y a des Juifs en Gaule depuis 3 ou 400 ans avant l’ère chrétienne. Ils sont arrivés avec les marchands phéniciens. Puis, derrière les troupes de Jules César. Etc. etc. Mais, malgré les élucubrations des déchets antijuifs. les Juifs n’ont jamais dépassés les 1% de la population et surtout, ils n’ont jamais cherché à envahir, ni a dominé la France. Ce qui n’est pas le cas des musulmans.

  6. Pour ma part, je mange plus souvent du poisson, du jambon, et ça fait des années que je n’achète plus de viande avec la mention « cuire à coeur ». Je n’achète que du boeuf que je peux manger saignant. Et je me suis même essayé aux steacks et escalopes panées « vegetal ». Franchement, ces dernières sont surprenantes.

    • « Je n’achète que du boeuf que je peux manger saignant ». Beurk!
      Si vous voyiez le mode d’abattage de ces pauvres bêtes vous arrêteriez de manger du boeuf assez vite je crois. De plus une viande saignante est à proscrire absolument. Ca donne un côté viril selon certains mais au niveau santé c’est une catastrophe.
      En effet toute viande provenant de l’abattage doit être cuite très vite car la cuisson stoppe la décomposition et la prolifération des germes. Une viande non cuite c’est une bombe à retardement. ( renseignez-vous sur Escherichia Coli (E.coli). Bonne continuation sans viande.

  7. “Dans cette vidéo d’archive (2017, début du quinquennat Macron) M. Christoph Hörstel, ancien correspondant de presse en Afghanistan, accuse sans ambages ou détours le gouvernement français d’orchestrer les attentants frappant son territoire, et explique pourquoi :”
    https://youtu.be/7q9y-df0yfI

  8. Facile de trouver des excuses à Darmanin. Il a été ministre de Sarko, et il a fait quoi?
    Il est ministre de macron et comme son mentor, il cause, il cause.
    Un chef de guerre, ça monte au créneau de la République. Et que voit on?
    Qu’entendons nous plutôt: beaucoup de repentances , d’hommages posthumes, de promesses vaines, de tractations secrètes avec un cfcm qui n’a aucune raison d’exister, sinon pour lui donner une « épaisseur » républicaine, et les fichés « S », la burka et le hallal partout.
    Il cause, mais on attend toujours qu’il interdise l’abattage rituel islamiste et les deniers du culte islamique que chaque grande surface verse aux immams sur chaque produit « hallal »! Une subvention contraire à la Laïcité!

    • Ne pas oublier que moussa a des racines certes anciennes mais des racines du bled .

  9. Bravo pour votre article bien documenté. Dommage qu’il ne paraisse pas dans les journaux à fort tirage pour informer toute la population.
    Faire imprimer des cartes de visite « Viande halal torture animale » à déposer dans les rayons halal des hyper et supermarchés.

  10. Pourquoi certains pays comme la Suisse par exemple ont interdit les abattages casher et hallal ? les politicards français ne sont pas assez « couillus » pour le faire, normal avec les lèches babouches et autre corrompus qui prétendent nous gouverner !!

    • Peut être aussi une histoire de finances occultes des partis et campagnes, via le hallal et leurs « potes », non ?

  11. Je ne vais pas dans tout les magasins, MAIS j’ai l’impression qu’à force que les gens mettent des produits de porc ou à base de porc dans le rayon halal celui ci fini par disparaître de nos grandes surfaces. Eh oui, même si le produit halal est emballé celui qui l’achète touche un produit qui a été en contact avec du porc, il a donc du porc sur les mains !!!

  12. c trou du cul devrait avoir obligation de choisir sa patrie ,,, s’il ne veut pas être francais qu’il dégage dans sont pays de merde :::

  13. « .Étiqueter systématiquement halal, c’est courir à la catastrophe!» [M. Philippe Dumas]  »
    Et devinez QUI freine des 4 fers pour que cet étiquetage ne soit jamais mis en oeuvre ?
    – le ministère de l’agriculture prioritairement
    – la FNSEA , syndicat mafieux , bras armé du même ministère ; en fait , syndicat ultra majoritaire de la profession qui y fait la pluie et le beau temps .
    L’UE impose l’abattage par étourdissement ; la France ( quand l’intérêt financier est en jeu , ignore cette prescription réglementaire ) s’accorde une « .dérogation  » ( ad-vitam-aeternam ) pour préserver les marges de profit de l’agro-business .
    Les français , tenus dans l’ignorance , financent à leur insu les caprices alimentaires des musulmans ( le modèle halal pur est mort né économiquement : pas rentable )

  14. Faite comme moi, indiquez par un mot déposé dans la boite à idée votre colère dans le super marché incriminé. Je l’ai fait il y a quelles années lorsque j’ai reçu dans ma boite aux lettres un prospectus spécial ramadan en plus de celui du Leclerc. Je leur ai écrit ma façon de penser en termes fermes mais corrects et bizarrement il n’y a plus eu de prospectus spécial ramadan depuis. J’ose espérer que j’y suis pour quelque chose. Que font les végans qui s’attaquent aux petits bouchers au lieu de faire la guerre à tout ces entrepôts et non abattoirs de barbares ou les animaux pataugent dans le sang. Certains  » vert  » s’avent faire la guerre aux cages, aux élevages intensifs, aux fermes où les vaches ne voient jamais un brun d’herbe MAIS RIEN contre ces barbares. Et que fait la SPA ???

  15. Il y a un mot de trop dans le titre de l’article. Il est plus que certain que nous avons déjà mangé hallal, sans le savoir. Et les grands médias sont plutôt silencieux sur ce sujet alors que l’absence d’information dans les rayons classiques est un véritable scandale. Je vois d’ici les titres de la presse si l’église catholique percevait de l’argent sur chaque bête tuée dans les conditions abominables.

  16. Je boycotte depuis longtemps le boeuf et le mouton, je ne mange que du poisson et du porc.
    Si tout le monde (FdS quoi) en faisait autant on aurait moins de problèmes d’islam en France.

    • nous serons au moins deux….en attendant l’étiquette qui nous laisse la liberté de subventionner qui nous sied.

  17. Pourquoi ne jamais insister sur le risque sanitaire de la viande halal ? La contamination de la viande par le contenu gastrique quand il n’y a pas d’étourdissement , l’égorgement pur et simple, est responsable des soi-disant épidémies de gastro entérite , entraînant souvent la mort, mais de ça on n’en parle pas!! Il n’y a qu’à constater sur les paquets de steacks hâchés , la mention , en tout petit, « cuire à coeur » !!! Il est certain que pour les musulmans , leur viande, tous leurs plats en contenant, sont très cuits! pas de viande saignante ou à point, comme chez nous !! ALORS ???? on le dénonce QUAND ? Voir le Dr De Peretti….il vous expliquera tout , schémas à l’appui !!

    • nous sommes dans une democratie totalitaire,digne des pays communistes,la grande majorite de la viande que nous mangeons est halal, dans les abattoirs halal,les cameras avaient filmer les abattoirs,les pauvres betes mettent plusieurs minutes a mourrir,ils etaient mis sur les crochets pour la decoupe et ils gigotaient encore,au 21 siecles comment peut on faire souffrir ces pauvres betes,ces traites de UMPS et macron,devront rendre des comptes au peuple francais, et les musulmans achetes leur viande halal dans leur pays,vivement 2022 et marine le pen,la seule qui pourra changer cela,tout les autres ont ete au pouvoir et ont trahis le peuple francais

  18. Pourquoi « peut-être » ? C’est même certain puisque la grande majorité des abattoirs s’est mise au halal par clientélisme et rendement des chaînes d’abattage.
    Ci-dessous la liste des abattoirs pratiquant l’étourdissement :
    https://oaba.fr/PDF/Liste_Abattoir_etourdissement.pdf
    Si l’abattoir de votre département n’y figure pas c’est qu’il est halal au moins partiellement.

  19. Zoom – Alain de Peretti – Halal : la nouvelle bombe sanitaire ! VIDEO TVL Émission du 02/11/2020

    Alain de Peretti est vétérinaire et président de l’association Vigilance Halal. Depuis plusieurs années, il dénonce les dérives relatives aux dérogations accordées pour l’abattage rituel. Au-delà du traçage obscur de la viande et de la partie financière reversée au culte musulman, souvent sans que le consommateur ne le sache, Alain de Peretti alerte sur un véritable scandale sanitaire. En effet, la pratique de l’égorgement des animaux en pleine conscience n’est pas sans poser de nombreux problèmes d’hygiène, facteurs de contamination à plusieurs bactéries, mais aussi, favorisant l’antibiorésistance.

    https://www.tvlibertes.com/zoom-alain-de-peretti-halal-la-nouvelle-bombe-sanitaire

  20. J’ai fait ma carrière dans une grande entreprise agro-alimentaire et dans les années 1980, un responsable de la mosquée de Paris m’a appelée pour me demander si nous étions d’accord pour que le couscous en sacs de 25 kg soit référencé dans la liste des produits agrées. Je n’y voyais aucun inconvénient mais il m’a dit que nous devions inviter, à nos frais, des représentants du culte musulman pour visiter nos semouleries et entrepôts mais également verser une taxe sur chaque sac de couscous vendu. Bien entendu j’ai refusé et jusqu’à la date de mon départ de l’entreprise en 2001, aucun accord n’a été conclu pour apposer le fameux logo hallal sur les sacs de couscous.

  21. Darmanin a raison, un rayon halal, puis un autre et encore un autre…et c’est le nombre qui va donner la ligne d’achat du magasin. Zemmour explique cela également avec la démographie.

  22. Je ne mange que du porc, jambon, rôti, travers, saucisson, pâte, terrine… Tout est bon dans le cochon.

  23. l’abattoir paye une taxe halal !
    eh bien yaka l’interdire
    mais les zélites auront elles ce courage ?

  24. Quant à ceux qui ironisent sur les massacres rituels, j’aimerais qu’une loi les oblige à subir une mort « halal » à leur tour en remerciement de leurs sens des affaires…
    Hélas, ils finiront leur vie dans leur lit, entourés de médecins alors qu’ils ont promu toute leur misérable vie des organisations de profits sur la souffrance indicible des innocents !
    Si l’ENFER existe, que ses portes soient grand ouvertes pour les y recevoir !

  25. Je suis absolument végétarienne depuis les années 1990 où apparurent les premières vidéos sur Internet de ces massacres honteux pratiqués sur des bêtes innocentes et faibles qui ont déjà subi un élevage honteux digne de l’ENFER !
    Par ailleurs j’attends le jour béni où j’apprendrai qu’enfin une bonne action, ou simplement une action intelligente et positive est issue de ces peuplades barbares…
    Le jour où les Palestiniens inventeront un vaccin, où les Somaliens lanceront une fusée, où les Algériens inventeront un nouveau moteur sans pollution, où les Egyptiens et les Jordaniens auront fait des avancées sur l’éthologie et une meilleure compréhension du comportement animal afin de lui éviter toute douleur et tout stress…
    En attendant, je n’entends que misères et damnations provenant d’eux.

  26. Vous adorez peut être un Juif sans le savoir, car si y en a un qui mangeait cachere c’était bien Jesus!

    • Oui, mais ce juif date de 2000 ans et il s’est converti au christianisme. Les Évangiles, qui ont amendé la bible, sont passés par là.

      • Tout à fait exact : voir les épitres de St Paul et l’évangile de St Matthieu.
        Un chrétien ne doit manger aucune viande si l’animal a été tué au nom d’un dieu ou d’une idole!

      • Jésus ne peut se convertir au christianisme car il en est la source. Jésus est le 1er chrétien de ce monde.

    • Ben moi je ne mange que du cochon comme viande t je suis agnostique 🙂 J’ai « tout faux  » alors 🙂

  27. Bah si, je le sais depuis des années.
    Par facilité les abattoirs, pour la plupart, ne font qu’une seule chaîne. La plus simple, celle où on ne perd pas de temps ni d’argent en « cajoleries » pour endormir la bête avant de la tuer.
    J’ai souvenir, il y a bien longtemps, d’une poissonnière qui dénonçait cette pratique. C’était avant qu’elle nous parle de ses compatriotes musulmans….
    Demandez à un boucher si sa viande est hallal, juste pour voir. Je l’ai fait plusieurs fois et j’ai constaté le niveau d’…honnêteté intellectuelle de ces artisans. Au ras du billot.

  28. Avec le mercosur on pourra bientôt acheter de la viande en provenance d’Argentine ou du Brésil.

    Ayant déjà goûté de la viande Argentine (sur place!), elle est excellente et pas halal.
    Refusons d’acheter de la viande Française tant que l’étiquetage « non halal » ne sera interdit.

    Exigeons, en écrivant à nos des-putes, l’étiquetage correspondant au mode d’abattage.

    Je préfère bouffer des hormones et des antibiotiques que de bouffer halal à l’insu de mon plein gré.

    • mais les traites politicards,imposeront a l’argentine la viande halal,pour etre vendue sur le territoire francais,ils sont ous des traites depuis 40ans, SAUF EX FN ET RN,eux nous ont avertit

  29. Dans l’impossibilité de savoir comment la bête a été abattue, cela fait des années que je ne mange quasiment plus de viande hormis du cochon (là au moins on est sûr !) et un peu de poulet fermier. Il m’est impossible de prendre plaisir à déguster la meilleure des viandes en me disant que, sans que je puisse le savoir, l’animal a peut-être été tué rituellement dans des souffrances abominables. Et ne vous rabattez pas sur le bio en imaginant à tort que cela offrirait une garantie de bien-être animal. Le halal se met désormais au bio. Faites comme moi, limitez votre consommation de viande et favorisez le cochon. C’est très bon, vous vous porterez mieux, vous ne cautionnerez plus cette horreur et pour finir, vous ne financerez plus sans le savoir les associations islamiques par la taxe halal.

  30. Très complet , pour notre part pour ne pas manger les « restes » des carcasses Casher et Halal et EN PLUS payer la taxe (tout cela sans le savoir) nous ne mangeons quasiment plus de viande et celle que nous mangeons c’est dur porc

    • Et si tous les Français non Juifs ou non Musulmans faisaient de même cela obligeraient à vendre ces viandes à leur prix de revient ( les « restes + la taxe rajoutés au prix des parties « nobles » à leurs yeux)

      • je vais tester….poisson et porc comme base, en attendant une étiquette mentionnant le type d’abattage. c’est vrai que si nous étions des millions à le faire (on peut rêver) le système s’effondrerait de lui même et ….très vite.

  31. L’abattage « rituel » est sans doute (pour moi, en tout cas) ce qu’il y a de plus IGNOBLE dans les pratiques communautaristes.
    Faire souffrir des bêtes innocentes à l’heure de leur mort – quand elles ont eu, pour une écrasante majorité d’entre elles, une vie de misère avant, d’ailleurs… est quelque chose qui me révolte TOTALEMENT…
    Refiler les invendus halal et casher au pékin moyen, sans communiquer à cet égard, étant la cerise sur le tas de détresse (animale)…
    Personnellement, ai complètement banni la viande de mon alimentation depuis des lustres… le porc mis à part (c’est identitaire). Et encore, avec parcimonie, et en espérant que la certification « bio » est digne de foi, en la matière.

  32. Le Hallal, c’est du casher puisque chez les Juifs, seules les parties pures de l’animal importent ; le reste, 70% de la bête, est revendu aux goys…

    • Pourquoi toujours parler des aliments carnés ? ces prescriptions religieuses (payantes !!) touchent aussi les autres aliments, c’est très facile de le savoir : 0,61 seconde sur le célèbre moteur de recherche…

      • Pourquoi ? oh déjà un « détail » de l’histoire : je doute que la semoule de coucous crie de douleur et souffre durant sa longue agonie …
        Et sur le coucous c’est clairement écrit , pas sur les « restes » que l’on nous refile en douce …

        • «  » c’est clairement écrit «  » suffit de regarder la liste des produits « autorisés » par ces religions pour constater qu’on en mange tous au quotidien, on paye de toutes les manières….)) c’est pas secret en plus…

    • En FRANCE le hallal c’est environ pour 15 millions de musulmans.
      Le casher c’est pour les juifs pratiquants soit quelques milliers de personnes.
      Comparons le comparable!
      L’étourdissement devrait être imposé!
      Mais que pouvons nous faire pour les poulets vivants, plumés, ébouillantés et embrochés à la machine!
      Et pour ces pauvres moutons égorgés au couteau pour la fête de l’Aïd !

      • S’ils copiais les juifs, ils ne se livreraient pas aux exaction et aux meurtres pour plaire au diable qu’ils nomment allah. ils se contenteraient de suivre les percepts de la table de la loi de Moîse .

        • Moise ? est le premier immigré DAESH en Egypte , il a voulu imposer sa religion au pays d’accueil par la terreur et la violence :les égyptiens polythéistes et heureux de l’être La police de Ramsès l’a maintes fois fiché S et l’a bien averti de se tenir tranquille s’il voulait vivre sous les lois d’Egypte . Mais son fanatisme Daeshien et son intolérance arrogante ont été les plus forts , lui et ses camarades immigrés terroristes Koulibaly … L’administration égyptienne pourtant tolérante avec les travailleurs étrangers a fini par l’expulser lui et sa bande .. Pour se venger, les scénaristes de la Bible et de Hollywood ont présenté le roi Ramsès qui était un bon père de famille et un chef d’état défenseur des arts et des lettres sous des traits mensongers , ( Yul Brynner etc..)

Les commentaires sont fermés.