Vous n'êtes pas des migrants mais des déserteurs

Charliemigrants2Le 16 septembre dans l’émission Soir 3, Robert Ménard avait qualifié les migrants de « déserteurs » pour ce qu’il assimilait à un « abandon de poste » face à l’avancée des fous d’Allah. Ce commentaire n’a pas manqué de susciter des remous du coté bobo-gaucho; l’Obs a qualifié le maire de Béziers d’ « abject » et « indigne ».
Si l’on s’en réfère au dictionnaire, un déserteur est « une personne qui fuit l’ennemi en temps de guerre ».  Le Larousse parle même de « désertion à l’étranger » lorsque l’on « quitte son pays en temps de guerre au lieu de combattre »… Notre Larousse national serait-il raciste? Pas si sûr, quand on connaît la différence juridique entre réfugié et déserteur.
En effet, selon le droit international, pour obtenir le statut de réfugié il faut dans un premier temps avoir les preuves de persécutions atteignant un certain seuil de gravité. Dans un second temps, ces persécutions doivent avoir pour motif la violation de ses droits par un État, l’incapacité de l’État à nous protéger face à ces persécutions, ou bien l’appartenance à une minorité ethnique, religieuse, sexuelle, politique. Les causes humanitaires sont également acceptées. Il n’en va pas de même pour la désertion, sauf pour les « objecteurs de conscience » comme les Témoins de Jéhovah ou autres pacifistes dont les demandes d’asile sont examinées au cas par cas.
Or qui sont ces fameux « migrants » syriens et irakiens?
Dès 2012, le Figaro évoquait la « vague de désertion » au sein de l’armée syrienne, France Soir va jusqu’à affirmer que l’armée syrienne aurait perdu « plus de la moitié de ses effectifs ». Quant à l’armée irakienne, elle n’existe quasiment plus depuis la busherie de 2003. Quelques milliers d’hommes sous-armés, quelques officiers non-formés, du matériel vétuste, voilà à quoi ressemble l’armée du pays qui sous Saddam Hussein prétendait attaquer l’Iran des mollahs. France 24 parlait en 2014 de ces officiers irakiens qui au lieu de prendre les armes face à Daesh, « enfilaient des costumes civils et fuyaient »… Face à ce phénomène, deux approches différentes: les autorités irakiennes ont proclamé la loi martiale pour empêcher d’autres désertions, les traitres pouvant être fusillés pour l’exemple. Quant à la Syrie, le président Assad a récemment signé une amnistie générale pour les déserteurs et les réfractaires. Pourtant, rien ne semble juguler ce phénomène: les armées syrienne et irakienne se vident de jour en jour.
Où diable vont ces hommes avec leurs femme(s) et leurs enfants? Il serait malhonnête de ne pas évoquer ces soldats, sous-officiers et officiers qui désertent les armées syrienne ou irakienne pour rejoindre les rangs de Daesh. Les principaux chefs de cette organisation sont d’ailleurs d’anciens officiers.
Mais on aurait tort de croire que tous les déserteurs d’Irak et de Syrie vont grossir les rangs de l’EI. La majorité vont traverser la frontière vers la Turquie et franchir l’Hellespont pour se répandre à travers l’Europe. Les statistiques les plus clémentes affirment que la moitié des migrants sont des hommes, ce chiffre grimpe à 80% pour les médias orientés à droite. Et n’imaginez pas qu’il s’agit d’hommes cacochymes, obligés de s’aider d’une canne pour marcher. Regardez les images où apparaissent ces hommes au regard fulminant, keffieh sur le cou, iphone en main, ces hommes de 20 à 40 ans en âge de combattre dont on peut aisément supposer qu’une bonne partie a fui la guerre pour chercher l’asile en Occident. Seuls 12% de ces migrants sont des chrétiens.
L’on nous demande, au nom de la « charité chrétienne » ou de la « solidarité républicaine » de prendre pitié d’eux et de leur fournir gîte et couvert. Le prétexte invoqué est que « ce sont des humains » et qu’il nous est ordonné d’être compatissants à leur égard. Pourtant ces gens ne sont-ils que des humains? Ne sont-ils pas aussi citoyens? Le statut de citoyen et d’humain sont loin d’être incompatibles. C’est justement parce qu’ils sont humains qu’ils sont responsables de la défense de leur patrie, du salut de leur foyer, de la pérennité de leur culture.
Si en France une dictature militaire s’instaurait ou si une guerre civile venait à se déclencher, fuirions-nous à l’étranger ou bien prendrions-nous les armes pour défendre nos libertés et nos familles?
Que ces migrants, se prennent en main. Si el-Bagdadi n’est pas leur calife, qu’ils le combattent au lieu de fuir. L’Europe n’a pas à vocation à devenir le refuge des déserteurs du monde.
Nicolas Kirkitadze

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. Moïse était juifs, Jésus aussi donc n’utiliser pas ce nom…

  2. Il s’agit de combattants politico religieux qui nous envahissent pour nous vaincre et nous infeoder .

  3. Je suis complètement d’accord. Je suis pour l’accueil des chrétiens qui sont nos frères et qui eux se font persécuter mais bizarrement les musulmans ne sont pas persécuté. Pourtant dans les hordes de migrants beaucoup de femmes sont voilées… Et leur mari ne font rien pour défendre leur pays… Enfin brefs on voit le courage des musulmans face à l’adversité ! Demain il y a une guerre civile nous tous, patriote, nous mourrons pour la France. Comme disait Aragon « La où je meurt renaît la patrie » et eux n’ont pas l’âme de résistant !

  4. Nous nageons en pleines eaux troubles, ce qui pourrait expliquer la magnanimité et la complicité des états de l’U.E. En effet, on parle d’Afghans, d’Erythréens, de Soudanais et même de Tunisiens, Algériens, etc…… Les prises de vues des colonnes d’envahisseurs montrent souvent des gens qui ne peuvent pas être Syriens… De quoi donc parlons-nous ??? Qui donc accueillons-nous, forcés et contraints ? Les provenances et les mobiles sont divers… Les gouvernants semblent ne pas trop vouloir séparer le bon grain de l’ivraie… Trop heureux de voir cette vague marron finir de remplacer les Peuples autochtones et les islamiser un peu plus… Comment peut-on accepter avec autant de légèreté tous ces gens qui se déclarent « sans papier »… Comment ne pas penser que ces jeunes devraient effectivement plutôt se battre pour leur pays ?

  5. je suis tout à fait d’accord avec cela – c’est aussi ma conviction – ces jeunes sont des déserteurs ils ne veulent pas se battre pour leur pays – c’est tellement plus facile de se faire passer pour des opprimés au lieu de faire leur devoir et ceci avec la complicité de l’Europe…

  6. @ l auteur
    qui vous dit qu il fuient?? moi au contraire je pense qu ils sont en opex ( operations exterieurs) vous devinez sans doute la suite de mon post….et cela repond aussi a la question: mais ou sont les femmes?? comme le chantait naguerre patrick juvet :))

  7. Mettre le zoom sur les migrants c’est aussi echapper aux questions qui fachent : chomage, faillites des entreprises, pauperisation des Francais. C’est aussi rendre service au Qatar, Arabie saoudite qui ne veulent pas les prendre en charge. C’est la contrepartie des marches signes et des cadeaux.

  8. C’est exactement ce que je pense depuis le début. Ce sont incontestablement des déserteurs.
    En 1940, nombre de soldats français avaient eux aussi fui devant la supériorité de l’ennemi. Mais ils se sont réfugiés dans des pays amis, se sont réorganisés et sont revenus libérer leur pays.
    Ou est le de Gaulle syrien ou irakien qui mobilise en Europe des bataillons de résistants qui vont retourner se battre pour leur pays de naissance ?
    Ou sont les volontaires qui demandent aux pays européens de les armer pour aller se battre sur les territoires qu’ils ont été forcés de fuir ?
    Les communiqués officiels nous disent qu’il y aurait environ 30 000 combattants de l’Etat islamique en Syrie.
    Quand on sait qu’environ 300 000 hommes jeunes et bien portants se sont réfugiés chez nous en quelques mois, si on renvoyait ces derniers se battre chez eux, ils auraient certainement raison de Daesch, à 10 contre un. Ce sont donc bien des déserteurs.
    Nos ancêtres qui ont été envoyés face à l’ennemi pour défendre leur patrie et leurs famille sans pour autant déserter, doivent se retourner dans leur tombe.
    Il serait illusoire de croire que nos gouvernants ne font pas la même analyse.
    Car cela est voulu, le grand remplacement se fait à une vitesse que ces derniers n’avaient même pas osé imaginer.

  9. Je ne suis pas souvent d’accord avec l’auteur de cet article mais là il a tapé dans le 1000. Ce sont en effet des questions que je me pose depuis longtemps et des réflexions qui me viennent à l’esprit chaque fois que je vois un défilé de « migrants » dont personne ne veut vraiment. Mais comme je suis une grand-mère, tous ces enfants me font énormément de peine.

  10. C ce que j’écris partout sur mon Facebook, dans les commentaires du Journal de Montréal et dans mes discussions avec les autres ce sont des déserteurs, ils ont abandonné, parce que la plupart sont des hommes, donc ils ont abandonné, femmes, enfants et personnes âgés, ils peuvent les laisser dans le pays qui est en guerre, est-ce moins dangereux pour leurs familles ???? C koi cette mentalité de losers.
    Les états-uniens se sont battus pour leur indépendance, la plupart des pays se sont battus pour leur indépendance, alors qu’est-ce qu’ils les empêchent. Ah oui, la loi du moindre effort, pourquoi se battre si on peut vampiriser kkun et laisser faire le sale boulot par d’autres.
    Pas fichu de se démerder par eux-mêmes.
    Personne ne te fait cadeau de ta liberté, il faut la gagner

  11. « Si en France une dictature militaire s’instaurait ou si une guerre civile venait à se déclencher, fuirions-nous à l’étranger ou bien prendrions-nous les armes pour défendre nos libertés et nos familles ? ». Nous ne fuirons pas !!!
    Mais nous n’attendons que cela pour nous débarrasser de nos islamos-dirigeants et des migrants ! Nous sommes de plus en plus nombreux à la souhaiter cette guerre civile … alors c’est pour quand ???…

  12. Nos idéologues gouvernants se fichent de savoir d’où ils viennent et qui ils sont !
    Pour eux, il s’ agit juste d’une opportunité formidable d’accélérer leur vision « mondialiste » de nos sociétés .
    Pour eux, être fier de ses racines, de sa culture, c’est de l’archaïsme !
    Pour eux, le mélange ne se fait pas assez vite, ils prennent donc toutes les mesures pour nous l’imposer au plus vite. La mixité non de Dieu !
    Les provinciaux, sûrement pour nos dirigeants de dangereux consanguins dégénérés, vont enfin pouvoir goûter aux joies de ce merveilleux  « mélange » !
    Mais comme le disait si bien De Gaule :  « vous avez beau chercher à mélanger l’huile et le vinaigre, ils finiront toujours par se séparer ». Çà, nos guignols ne l’ont toujours pas compris !

  13. Déserteurs chez eux, combatifs chez nous. Si nous ne donnons pas ce qu’ils veulent, ils brandissent facilement le couteau.

Les commentaires sont fermés.