Le vrai musulman doit irriguer la terre tout entière du sang des non-musulmans

 

Sachez que si la France était musulmane, elle serait encore présente chez ses anciennes colonies! Surtout que sa présence coloniale en quelques décennies a plus marqué en profondeur la culture, les institutions politiques, éducatives ainsi que tous les autres domaines de la vie publique, scolaire, économique, transport,  sociale, sanitaire, juridique, etc. que la présence turque en 4 siècles. 
Elle avait compris déjà à l’époque que pour être acceptée par les indigènes musulmans, il lui fallait jouer la carte de la séduction islamophile. Ainsi, elle n’a pas lésiné sur les moyens pour se faire passer pour l’amie de l’islam et s’en servir à des fins de propagande coloniale allant jusqu’à construire des mosquées en Afrique sub-saharienne en encourageant les mouvements maraboutiques pour renforcer son influence sur les autochtones tels que les Mourides au Sénégal au point qu’elle s’était trouvée affublée du titre peu honorable de bâtisseuse de mosquées.
De même qu’au Maghreb avec la prolifération des confréries religieuses qui étaient aussi le fonds de commerce des Turcs et que feu Habib Bourguiba avait éradiquées en Tunisie;
En tout état de cause et en dépit de ses apports considérables sur tous les plans et ses efforts pour apparaître comme étant islamophile en encensant la splendeur islamique pour flatter l’ego frustre des masses nord-africaines fanatiques et incultes, n’hésitant pas à jouer le rôle de vecteur de l’arabisation aux dépens de la culture Amazigh, tout cela ne lui a guère permis de s’implanter durablement dans la région du fait de son caractère non-musulman.
En effet, les peuples musulmans ne se soulèvent pratiquement jamais contre les puissances musulmanes colonisatrices. Il suffit d’observer l’attitude des Nord-africains qui s’accommodent parfaitement de la domination arabe  aux apports négatifs et qui constituent un réel frein dans leur développement humain. Nonobstant le génocide et la tragédie écologique dont les Arabes s’étaient rendus coupables au XIe siècle, décrits contre toute logique historique par les historiens locaux, à la notable exception d’Ibn Khaldun,  comme étant des épopées alors qu’ils devraient être classés au chapitre des plus grands crimes contre l’humanité.

14 siècles de despotisme barbare, liberticide, ethnocide et « culticide » sans jamais susciter le moindre soulèvement de la part de la population nord-africaine, hormis les Rifains au Maroc et les Kabyles et les Mozabites en Algérie.   
Malgré le bilan désastreux  de la colonisation arabo-musulmane comparé à celui de la France qui a servi de novateur civilisationnel, les dominions nord-africains,  peuples nord-africains témoignent d’un attachement inconditionnel à leur appartenance à la culture moyenâgeuse et rétrograde de leurs maîtres arabes dont ils se veulent les dignes héritiers comme si les Arabes étaient des autochtones.
Dans toute l’histoire universelle, jamais un peuple dominé n’a été aussi loin dans son processus d’identification accompagné d’un rejet de soi tel le peuple nord-africain. 
Même s’ils apparaissent comme officiellement affranchis de la tutelle turco-arabe, les Nord-africains ont toujours le regard tourné vers l’Orient et éprouvent un fort complexe à l’égard de leurs anciens maîtres au point qu’ils sont obsédés par leur retour au pouvoir en se faisant leurs alliés les plus zélés pour la ré-instauration de leur domination sur la région au péril de la souveraineté nationale, à l’image des nostalgiques islamistes obsédés par la renaissance du Califat islamique dont ils seront pourtant des sujets de seconde zone. Mais peu importe le statut tant que le maître est ravi de la fidélité de son esclave. Sans les sociétés civiles occidentalisées locales, il y a de fortes chances que leur projet ait fini par voir le jour et faire de nouveau tomber les Nord-africains dans l’escarcelle turco-wahhabite.
Les musulmans se proclament  d’abord comme fidèles à leur religion avant d’être nationalistes ou citoyens d’un pays. Ils n’ont de loyauté que pour leur religion. Le sentiment religieux prime sur le sentiment national puisque l’islam se veut une nation commune pour tous les musulmans, une oumma.

C’est au nom de sa religion que l’on se bat et que l’on doit oeuvrer pour chasser les infidèles de chez soi. On ne défend pas sa terre, on défend sa foi.  C’est elle qui était le moteur de la guerre de l’indépendance de l’Algérie. Et c’est toujours en son nom que l’on châtie ceux qui l’auraient blasphémé,  tel le carnage de Charlie Hebdo qui a coûté la vie à 12 personnes, quand bien même le délit de blasphème est aboli en France.  
On peut parfaitement imaginer que les auteurs dudit attentat n’auraient pas eu un tel recours à la violence terroriste si leurs propres pays étaient caricaturés.  
En toute évidence, le sentiment d’appartenance religieuse prévaut sur l’identité nationale.  Etre musulman est  un lien de rattachement à la communauté musulmane, appelée oumma, qui transcende les frontières nationales et prohibe toute notion de citoyenneté et d’identité-nationales.  
Par conséquent, c’est le sentiment  religieux qui fonde l’identité politique et juridique d’un peuple y compris de tout musulman vivant dans un espace géographique non-soumis à l’islam. Ainsi, les Musulmans sont surtout jaloux de leur identité musulmane et moins de leur rattachement à une nation déterminée.  On dit des Pakistanais s’ils n ont plus l’islam ils deviennent Hindous. Peut-être que le même raisonnement peut prévaloir pour tous les autres peuples.
Les Egyptiens qui finiraient par redevenir des Coptes, les populations d’ Ifriqya qui retrouveraient leur caractère Amazigh, etc. C’est pourquoi au nom de la fraternité musulmane, on n’a pas mauvaise conscience de céder aux chants des sirènes wahhabites, autrement dit de commettre des actes d’indignité nationale telle que la trahison et les atteintes à la souveraineté nationale, tant que cela est fait au nom des valeurs supérieures de l’islam et l’intérêt communautaire dans le sens de l’oumma islamique.
On passe outre son patriotisme dont la seule caisse de résonance et l’exutoire éphémère de l’affirmation de leur patriotisme exacerbé  dans les pays musulmans  reste les stades de football lors des matches internationaux. Les peuples musulmans s’accommodent parfaitement de l’occupation étrangère si elle est musulmane.
Le meilleur exemple est l’occupation ottomane qui les avait asservis pendant 4 siècles et les a maintenus dans le néant dans lequel ils y étaient déjà depuis le VIIe siècle et, sans les Anglais et les Français, ils y seraient encore dans la mesure où ces deux derniers ont servi d’effet de levier et de catalyseur à l’éveil des consciences nationalistes musulmanes et à la formation des futures élites politiques de ces pays principales artisanes des luttes pour la décolonisation.
Si demain l’Arabie Saoudite et le Qatar, grâce à la bienveillance de leurs protecteurs américains et avec la complicité éhontée et scélérate des islamistes polymorphes tunisiens, prennent la Tunisie dans les mailles de leur filet wahhabite acéré et empoisonné, il y aurait une faible probabilité de voir le peuple tunisien se soulever au nom de l’indépendance  nationale contre la vassalisation de leur pays de la fraternité musulmane.
La souveraineté nationale s’efface devant la souveraineté d’Allah tant qu’on subit la domination de son frère musulman.

image_pdf
0
0

18 Commentaires

  1. En effet, écrivez-vous, les peuples musulmans ne se soulèvent pratiquement jamais contre les puissances musulmanes colonisatrices.
    Pourquoi les algériens ne demandent-ils pas acte de repentance aux Turcs pour les avoir si longtemps colonisés et abrutis???
    Une Algérienne, dont je n’ai plus le nom, une Kabyle à fond contre le régime mais qui, je crois, est devenue ministre de ce régime, a donné la réponse. Parce que les Turcs sont musulmans.

  2. Les Amazighs d’ Afrique du nord devraient se mobiliser contre l’occupant arabe et l’islam (principal instrument de la colonisation).
    La France et les turcs ottomans on favorisé l’arabisation et l’islamisation des autochtones Nords Africains afin d’ éradiquer la culture et la civilisation berbère.
    Résultat la France et les turcs expulsés d’ Afrique pour mieux enraciner le fascisme islamique arabe ou pseudo-arabe.
    de 1954 à 1962 personne ne s’est battu au non de l’islam c’est plutôt l’inverse, il fallait libérer le pays de la colonisation. En 1962 la France soucieuse de tout perdre en Algérie, a évincé les Kabyles pour placé au pouvoir un harki (franco-marocain entouré du clan de Oujd) pour préserver ces intérêts et détruire les intérêt des algériens en 60 ans de pseudo-indépendance.

  3. Tout découle de la quadri-gamie pédophile désirée par les mecs: pour qu’un milliard de mecs aient 4 femmes, il faut nécessairement tuer 3 milliard de mecs!

  4. Bien dit Mr Ben Ammar. Et c’est pour ça que l’état algérien fait croire aujourd’hui que les kabyles et les chaouis aurèsiens qui se sont dressés contre le colonialisme Français quasiment seuls ( présentés dans les écoles dans le sens large et trompeur d’algériens, donc arabo-musulmans et non d’amazigh et hommes et femmes libres) l’ont fait non pas pour la liberté et leur souveraineté mais pour l’islam et Allah. L’identité réelle des combattants a été remplacé par celle du colon qui a massacré les imazighen et les a réduit en esclavage.
    Les Rifains au Maroc et les imazighen d’Algérie ont eu le malheurs de tomber ensuite dans un colonialisme arabo-musulman; Roitelet de pacotille, soit disant descendant de Mohammed le pédophile, pour les rifains. Ben Bella et Boumediene enfants des madrasas et vendus à l’arabisme pour l’âne-gérie. Les résistants à tous les colonialismes en Afrique du nord ont vu ainsi leur langue ancestrale interdite dans les rues de Kabylie et des Aurès, leur
    histoire falsifiée ou cachée, l’identité des peuples de Tamazgha effacée, remplacée par celle totalement bidon fabriquée au moyen orient.
    Les Tunisiens ont eu de leur coté la chance d’avoir à la tête de leur état un amazigh fière de ses origines, le grand Bourguiba qui était contre l’islam et contre l’arabisme. Malheureusement, la relève n’ayant jamais été à la hauteur, la Tunisie a fini par suivre le chemin de ses sœurs de Tamazgha que ce soit en ce qui concerne la fausse identité arabique, qu’en ce qui concerne l’islamisme.
    Le constat c’est qu’il n’y a que la fierté identitaire qui pourra effectivement sauver Tamazgha, la France et tous les peuples d’Europe et du dar al-islam.

  5. Il y a un tel mépris de la vie et de l’humain dans le coran,une si macabre athmosphere que ma conclusion est que ce n’est pas un projet de vie mais bien un projet de mort non seulement pour autrui mais aussi pour soi .Aussi sa structuration
    si verticale,une telle obsession d’adoration de dieu et du prophète et à l’horizontale il est suggeré de se detester tout azimut y compris les musulmans moderés.

  6. Excellente analyse, la question, comment on s’ y prend pour éradiquer – sur notre continent – cette maladie mentale ultra nocive inoculée à la prime enfance, détruisant raison et humanité, fabriquant des Zombies à la chaine et des criminels par définition ( l’islam étant un crime sous toute ses formes ) …
    et des « adorateurs » idiots utiles externes « prosternés » devant cette immonde saloperie ( abrutis hautement dangereux car aux manettes des différents pouvoirs )

    • L’Islam est pourtant facile à éradiquer… Il suffit simplement d’un peu de volonté et de courage politique.
      Hélas, nous avons toujours voté en faveur de mauvais dirigeants politiques, c’est-à-dire pour des gens qui ne sont préoccupés que par le pouvoir et obsédés par la conquête du pouvoir, et qui mettent la culture et l’histoire de leur pays au second plan et qui refusent donc de les défendre, laissant ainsi notre culture et notre histoire être souillées, être corrompues et peu à peu disparaître logiquement, au profit de promesses électorales non-négligeables que constituent les communautés de confession musulmane, la seule communauté immigrée d’Europe et même du monde, qui se caractérise par sa « puissante » capacité de reproduction en vue de créer sournoisement plus tard une surpopulation de citoyens musulmans dans un pays non musulman, donc le surnombre, dans un avenir bien définit, à des fins politiques et religieuses…
      Il n’y a plus de De Gaulle, de Napoléon, de Clémenceau ou de Jean Moulin en France…
      Mais on a les dirigeants politiques qu’on mérite.
      Et pour éradiquer l’islam, il faut d’abord faire un travail en amont : commencer par voter pour les bons dirigeants politiques, c’est-à-dire pour ceux qui sont lucides et qui veulent conserver notre patrimoine culturel et historique intacte, et donc endiguer, puis détruire l’islamisation de notre pays.
      Et une fois les bonnes personnes installées au pouvoir, les moyens sont nombreux pour éradiquer cette maladie mortelle et contagieuse qu’est l’islam :
      _ interdire l’immigration des peuples de confession musulmane (immigration choisie).
      _ interdire les cartes de séjour ou l’asile politique aux étrangers de confession musulmane comme le font systématiquement certains pays tels que le Japon.
      _ interdire la citoyenneté française aux étrangers de confession musulmane comme cela se fait au Japon (Eh oui ! les Japonais ont tout compris depuis longtemps !).
      _ suppression de mesures politiques et sociales en faveur de l’immigration telles que le regroupement familiale et certaines prestations sociales (la CAF, les allocations familiales par exemple).
      _ interdiction ou limitation du nombre de mosquée.
      _ Interdire l’alimentation et les boucheries halal.
      _ interdire la double nationalité comme dans certains pays…
      _ expulser du territoire national les islamistes radicaux étrangers, avec interdiction d’y revenir.
      Etc. Bref, les mesures sont nombreuses, voir illimitée pour enrayer ce fléau. Sachez qu’au Japon, les étrangers de confession musulmane ne sont pas embauchés dans les entreprises nippones ! Les Japonais ayant toujours opté pour la « préférence nationale »…

    • comment on s’y prend ?
      D’abord bien qualifier l’ennemi : l’Islam et ses combattants , et les combattants devront être respectés selon les conventions de Genève en cas de conflit , renvoyés chez eux s’ils sont fait prisonniers !
      Puis bien qualifier les collabos : sans eux toute cette dhimmitude ne se serait pas installée , et il faudra les traiter humainement car nous ne sommes pas des voyous …..nous ! Le traitement le plus humain consistera alors à les envoyer dans un pays musulman de leur choix !

      • respecter les conventions du genéve…très amusant…
        il faut un peu sortir du schéma bien installé dans les têtes de guerres conventionnelles .nous sommes dans désormais entrés dans l’ére des conflits assymetriques : le combattant de l’islam c’est votre aimable voisin marocain ou ce jeune désoeuvré de banlieue !
        a part cela je suis plutôt pour les conventions de srbrenica…

    • ce sont les sources financières inépuisables qu’ils conviendrait d’attaquer .daech disparaitra en tant que symptômel apparent du mal,mais le virus continuera a sévir dans les organismes.

  7. L’islam n’est qu’ une longue histoire d’invasions, de génocides et de conversions forcées. La France, selon plusieurs voyants dans leurs prophéties la voient devenue musulmane (« mahometane ») ainsi qu’une guerre interne inter-ethnique ( « barbares ») effroyable mais elle sera libérée.

    • cette guerre inter-ethnique n’aura pas seulement lieu sur le territoire français !
      sortons de notre nombrilisme ,le probléme est a l’echelle du continent et nous aurons certainement besoin d’un appui exterieur a un moment ,lequel ne viendra pas d’ outre-Atlantique !

      • Evidemment ! La France sera la première à subir cette guerre mais aussi sera la première à en sortir.

        • personne ne subira de guerres avec des bataillons qui s’affrontent et des vaillants résistants ! c’est une guerre assymetrique qui se joue sur la puissance des medias,la lacheté politicienne ,l’indifférence ou la resignation de nos populations ,et surtout l’inepuisable manne financiére en provenance des états du golfe ..combien de nos concitoyens se convertiraient sans états-d’âmes si le qatar leur proposerait ne fusse qu’un million d’euro ? on se demande pourquoi ils n’y ont pas encore pas pensé…

          • Ils n’ont même pas besoin qu’on leur donne de l’argent. ILs sont tellement abrutis et incultes qu’ils avalent n’importe quel discours.

  8. l’islam est un vecteur de pathologies mentales.cette religion rend fou ceux qui s’y adonnent tant elle ne repose que sur des interdits et des impératifs clairement de caractères sado-masochistes.cette religion est culpabilisante et mortifére .elle n’a rien de l’humanité joyeuse des divinités du pantheon indo-européens,rien de la sensualité de l’indouisme ou de la sagesse therapeutique du boudhisme : c’est une croyance issue du desert interminable qui n’offre en recompense a ses martyrs que les pauvres satisfactions sexuelles d’un paradis illusoire.l’islam religion batie sur du sable retournera au sable lorsque la pompe de l’or noir n’aura plus l’energie de vomir les versets hallucinés du coran.

  9. Moi qui est de parents musulmans, vivant en Islamie, j’ai toujours instinctivement et intuitivement ressenti que cette religion est fausse et que c’est terriblement grotesque et stupide de suivre ses préceptes d’un autre âge.C’est désolant de constater que des êtres humains puissent croire à de telles conneries islamiques. Mais ainsi sont les hommes!Les plus grands islamophoques vivent en islamie aussi!

  10. Vous avez bien pointé un des problèmes rédhibitoires, et même héréditaires, de cette religion infâme et démoniaque : le communautarisme et le rejet de l’autre, au point de l’assassiner, de justifier ce meurtre et d’en éprouver du plaisir ! Et bien évidemment, l’autre étant forcément celui qui n’est pas musulman…
    Mais je préciserai une chose, que vous avez d’ailleurs fort bien soulignée : dans leur communautarisme intolérante et infecte, il existe plusieurs sortes de musulmans, c’est-à-dire plusieurs catégories de musulmans… En effet, comme vous l’avez bien dit, on peut être musulman et être soumis à un autre musulman que l’on juge supérieur, comme les peuples du Maghreb estiment être soumis aux peuples arabes. Mais sachez également, qu’il y a dans l’islam et dans leur système communautaire d’autres catégories de musulmans en fonction de leur couleur de peau : un Noir par exemple, même s’il est musulman, sera considéré par un Arabe ou par un Maghrébin comme étant un sous-musulman, donc comme étant un être inférieur, un animal, un déchet ! Et effectivement, il n’est pas rare de trouver dans les pays arabo-musulmans, des musulmans Noirs ayant des pièces d’identité où il est parfois fait mention de ses origines esclaves, des origines esclaves de ses ancêtres, qu’un Noir même musulman, est avant tout le fils d’un esclave…
    Oui, l’islam n’est pas seulement une religion communautariste, mais aussi raciste et intolérante ! Même entre les musulmans !

Les commentaires sont fermés.