Week-end à Zuydcoote version musulmane : église vandalisée

Publié le 28 novembre 2016 - par - 11 commentaires - 1 962 vues
Share

Si jeter une tête de sanglier devant une mosquée ou envoyer des tranches de jambon par courrier à un imam sont inefficaces et un tantinet puéril et contre productif dans la mesure où ces actes victimisent le bon musulman – celui qui rêve que le musulman radicalisé vous égorge – vandaliser un lieu de culte chrétien devient anodin et habituel au point que la presse n’en fait même plus mention. Exception faite sans doute de l’affaire dite de Saint-Etienne-du-Rouvray qui s’est soldée par un rassemblement œcuménique à la cathédrale de Rouen avec 100 musulmans non déchaussés présents pour affirmer que l’islam ce n’est pas ça. Pourtant j’aurais juré que de Charlie Hebdo à Nice en passant par le Bataclan que l’islam c’était ça. Que le Califat avec ses atrocités en Irak et en Syrie, c’était ça aussi, que l’esclavage en vigueur en Arabie Saoudite c’était au nom d’allah et de son prophète. Mais non, je dois me tromper et puis j’ai aussi de très mauvaises lecture sur ce site.

L’islam c’est pas ça mais l’Eglise catholique c’est plus ça, plus vendeur du tout et tout le monde s’en fout à commencer par le ministère de l’intérieur qui protège les mosquées des jets de lardons en mobilisant la troupe devant ces édifices incongrus dans le pays de la fille aînée de l’Eglise. N’en doutez pas et en voici un exemple parmi tant d’autres camouflé sous le tapis de prière: http://m.lepharedunkerquois.fr/fait-divers/zuydcoote-l-eglise-saccagee-et-incendiee-video-ia685b0n190310 . Pour résumer l’Eglise de Zuydcoote a été vandalisée sans que ne s’émeuve qui que ce soit autre que les enfants de Jean-Bart, des sacrés gaillards, tous fils du célèbre corsaire anobli par Louis XIV. Zuydcoote c’est aussi le nom de ce village où fut tourné le célèbre film « Week-End à Zuydcoote » avec Jean-Paul Belmondo, film dans lequel j’ai le plaisir de revoir des figurants de ma famille puisque votre serviteur est natif de cette cité de corsaires.

week-end-zuydcoote

Ce film relate un épisode douloureux de la seconde guerre mondiale. L’ennemi n’était plus l’Anglois mais le boche, l’allié du grand mufti de Jérusalem. Le corps expéditionnaire britannique et bon nombre d’unités françaises avait été acculées en bord de mer et subissait le pilonnage des Stukas équipés de bombes de 700 kilos. Le rembarquement fut une réussite en dépassant les pronostics les plus optimistes et bon nombre de soldats français constituèrent les premiers régiments de l’armée de libération.

opi_hilter-mufti_102115_539_332_c1

Revenons à nos moutons et aussi à quelques brebis égarées. Qu’a-t-il bien pu se passer dans la tête des vandales de ce lieu de culte calme et de plus en plus désert ? Quelles ont été les motivations de ce geste imbécile et impardonnable ? Leur identité n’est pas connue et il est possible qu’elle le reste, soit parce que l’affaire n’intéresse pas la police débordée et démotivée, soit parce qu’un ordre de la place Beauvau fera taire le patriote au nom du padamalgame. Plus que la destruction partielle d’un lieu de culte qui a toute sa place dans notre civilisation de culture gréco-latine et chrétienne, ce qui est révoltant est le silence des média. Zuydcoote est loin d’être un cas isolé. En 2012, 81,4% des atteintes aux édifices et aux sépultures religieux étaient des atteintes aux lieux chrétiens (source Ministère de l’Intérieur). Mais sans la meute des associations grassement subventionnées des anti-racistes à sens unique et droit de l’hommiste idéalistes dans le sens de Mahomet, nul battage médiatique n’est fait. La France de Jean-Bart, de Jeanne Hachette, de Charles Martel et de tant d’autre héros de notre roman national meurt dans l’indifférence générale, diluée dans un mondialisme mercantile et inféodée à l’islam conquérant et ses pétrodollars.

L’avenir ne présage rien de bon avec nos chères têtes blondes conditionnées par une Education extraNationale dirigée par une française de papier marocaine de cœur. Désormais l’arabe doit être la première langue vivante et un tiers du programme d’histoire en primaire et au collège est consacré à l’islam. Ce point n’est pas une lubie et est parfaitement vérifiable. Alors s’en est fini de notre civilisation ? Plus de héros aujourd’hui ? Les anciens et leurs faits d’arme gommés, les églises bientôt transformées en mosquées et les chapelles en bord de mer décorées d’ex-voto en ruine dans un grand silence médiatique ?

paris-devaste

Quand les musulmans dit modérés condamnent les actes terroristes commis au nom d’allah je les crois sincères (pour une fois). Cela peut vous paraître choquant mais c’est mon analyse et en voici l’explication. Tout acte terroriste conduit à une réaction passionnée, cette réaction exacerbée peut conduire à un sursaut de patriotes déterminés à se lever contre l’envahisseur et c’est cette détermination, parfois d’une poignée de braves, qui a sauvé la France à plusieurs reprises. La méthode des « bons »musulmans n’est pas celle de la violence, c’est celle du nombre et donc du temps. « Le ventre de nos femmes nous donnera la victoire » affirme Erdogan, le calife d’Ankara qui a dû prendre des cours par correspondance à Sciences-Pot. J’ajouterais : Les allocations familliales, la CMU, l’AME et l’APL feront le reste.

Pour finir sur un ton plus optimiste (c’est le nom générique d’une coquille de noix sur laquelle j’ai fait mes premières armes en mer du nord) voici ci-dessous l’histoire d’une bataille navale menée par ce fameux Jean Bart et qui sauva en 1694 la France d’une famine. Lisez là à vos enfants ou petits enfants. C’est leur héritage.

La bataille du Texel

La France doit importer d’énormes quantité de blé par voie maritime. Jean Bart est chargé d’escorter les convois qui viennent de Pologne et de la Moscovie. Ces convois ouvrent un énorme champ d’action à l’activité des corsaires. Les uns se chargeant de les capturer les autres de les protéger .
En janvier 1694, Jean Bart quitte Dunkerque pour se rendre en Norvège prendre en charge un convoi de 30 Navires chargés de blé. Le 16 Mars, l’intrépide marin les ramène à Dunkerque, malgré la menace des escadres anglaises et hollandaises .

La Bataille du Texel :

Le 29 mai, Jean Bart reçoit des instructions de Versailles. Il doit se rendre une nouvelle fois en Norvège, à Vléker, d’où il ramènera à Dunkerque et au Havre une Flotte commerciale composée cette fois de 120 navires. Sans attendre l’arrivée de Jean Bart, le convoi s’élance sous la seule protection de trois navires neutres (deux Danois et un Suédois). Dès leur appareillage, les navires sont capturés par les Hollandais. 

Se doutant d’une telle éventualité, Jean Bart en route vers la Norvège, fait naviguer ses frégates le long des côtes de Hollande.
Effectivement, le 29 juin à 3 heures du matin, il arrive au large de l’île du Texel où il aperçoit une énorme quantité de voiles. Il fait prendre des renseignements qui confirment de suite la présence des navires marchands francais. A 5 heures, l’escadre dunkerquoise est à portée de canon de l’ennemi. Jean Bart donne donc alors ses ordres. Bien qu’en nette infériorité, il décide, sans hésitation d’aller à l’abordage. Pour atténuer le désavantage, l’une des flûtes accompagnatrices sera transformée en navire de combat. L’escadre francaise aura donc 7 navires pour un total de 302 canons, les Hollandais disposent quant à eux de 8 Vaisseaux et de 388 canons. De plus leur flotte est sous le commandement d’un Vice-Amiral : Hidee Devries. 

Malgré l’inégalité des forces, Jean Bart engage immédiatement le combat. Il sera particulièrement bref et d’une rare violence. Chacun ayant son adversaire, le capitaine dunkerquois se charge bien entendu du navire amiral. Le premier, il saute à son bord suivi de ses hommes galvanisés par son courage. « Le Maure » est totalement désemparé, sa mature fauchée par les boulets Hollandais. Qu’importe il tient bon « Le Prince de Frise » est enlevé au bout d’une demi-heure à peine. Ses deux pavillons sont ramenés par un jeune marin provençal. Le Vice-Amiral Hidde Devries, gravement blessé, est capturé avec ses officiers. Voyant leur amiral perdu, les Hollandais cessent bientôt le combat au cours duquel ils ont perdu plus de 100 hommes et 3 vaisseaux pris par les corsaires dunkerquois. 

Après avoir remis ses navires bien malmenés en état de naviguer, Jean Bart peut faire voile vers Dunkerque en fin d’après-midi. L’immense flotte y arrive le 3 juillet. Reçu en Triomphateur, le héros du Texel met pied à terre à 2 heures de l’après-midi, devant une foule immense où figurent toutes les notabilités locales. L’enthousiasme est tel que Jean Bart a bien du mal à retenir son émotion. Il ramène avec lui les 3 prises Hollandaises et 455 prisonniers dont 129 blessés. 30 navires de blé sont déchargés à Dunkerque, le reste de la flotte continuant vers le Havre.

L’exploit du Texel :

L’exploit du Texel suscite une véritable explosion de joie à travers tout le royaume. Le 5 juillet, le fils de Jean-Bart, François Cornil et son beau-frère sont reçus à Versailles où ils remettent au roi les pavillons capturés. En remerciement, Louis XIV adresse des lettres de félicitations aux officiers, donne une médaille d’or au marin provençal ayant enlevé les pavillons hollandais et élève François-Cornil Bart au grade d’enseigne de vaisseau. Pour Jean Bart, suprême distinction, le roi lui octroi des lettres d’anoblissement par brevet du 4 août 1694.

Philippe Legrand

Source: https://www.ville-dunkerque.fr/decouvrir-sortir-bouger/histoire-patrimoine/dunkerque-aujourdhui/la-bataille-du-texel/

Print Friendly, PDF & Email
Share

11 réponses à “Week-end à Zuydcoote version musulmane : église vandalisée”

  1. Dugenou dit :

    Où avez-vous trouvé cette photo du château de Versailles?
    Dans les papiers d’Apathie?

  2. Romanin dit :

    Monsieur, vous écrivez au sujet du film: Le rembarquement fut une réussite…., mais vous oubliez un passage douloureux pour les combattants français, celui justement qui est sommairement décrit et qui a été longtemps occulté par nos historiens, celui du traitement infligé par nos cousins « anglois » lors des tentatives d’embarquement(rejets à la mer avec emploi de la force à coups de pieds, de crosses de fusils…), mais vous avez raison d’en revenir à nos moutons et aux quelques brebis égarées, et cherchons à connaître les motivations du ou des désœuvré(s) qui ont vandalisé l’église de Zuydcoote, en espérant que ce ne soit pas des gens de l’ultra droite qui voulaient se confesser!!

    • OTOOSAN dit :

      Nous cousins anglois contre qui nous avons fait la guerre à moult reprises, aidés quelque fois par nos cousins germains, …mais qui se soucie encore de la réalité hein ?

      • Romanin dit :

        Oui, qui se soucie encore??, une petite séquence du film tente d’évoquer le moment, mais la censure de l’époque et quelques « accommodements » avec l’histoire font que…

  3. Auguste dit :

    « … la liberté pour les parents d’éduquer leurs enfants ». La réouverture de la boîte à gifles est absolument nécessaire pour y parvenir.

  4. letram dit :

    Impossible n’est pas français. Si nous le voulons, islam go home!

  5. Arthur dit :

    Pour la profanation des églises :
    – je pense que dans la majorité des cas, ces actions ne sont pas le fait de Musulmans, mais de membres de mouvance délétères du genre anar ou antifas ou bien pire sataniques;

    • ulysse 67 dit :

      Non, les profanations proprement dites, pour motif religieux et anti-chrétiens, sont ultra majoritairement le fait de musulmans.

      Après il y a aussi des cambriolages, beaucoup d’églises sont dépouillées des objets de valeur par des gangs organisés, il faut le dire majoritairement de pays de l’Est et/ou tziganes

      Source: je me réfère aux articles relatant les arrestations et les procès en lien avec ces affaires.

    • LislamEstUnCancer dit :

      Tous y contribuent.

      L’Observatoire de la christianophobie, le site francophone de référence sur l’ensemble des actes de persécution anti-chrétienne, en France et dans le monde
      http://www.christianophobie.fr/
      Qui sommes-nous ?
      http://www.christianophobie.fr/a-propos

      Sur ma liste des sites webs, blogs, et observatoires, de la réinfosphère:
      http://black.winny.free.fr/Islam/Reinfosphere.htm

  6. rtmontreal@gmail.com dit :

    C’est l’histoire de France ,ces marins n’étaient pas des capitaines de pédalos,c’était des soldats d’honneur qui étaient prêts à mourir pour la France qui n’était pas réduite à un principe mais habité par des gens qui aimaient leur terre ,leur religion,leur coutumes,et leur Roi même s’il n’était pas parfait.