Weinstein va se rendre à la police…

La presse américaine rapporte la nouvelle que Weinstein, le producteur, roi d’Hollywood à une certaine époque, va « se rendre à la police » (To surrender). L’expression est amusante en français : comme si l’accusé allait capituler avec un drapeau blanc, en réalité, une petite culotte blanche accrochée à un bâton.

Si l’on découvre cette situation aux Etats-Unis avec Harvey Weinstein, c’est que les procédures judiciaires ne sont pas les mêmes qu’en France. La différence principale qui existe entre les deux systèmes, c’est qu’en Amérique, on est présumé innocent jusqu’au procès. Ce dernier avec un « Grand Jury » composé de citoyens américains n’aura lieu que lorsque toutes les preuves seront suffisantes pour procéder à une suite judiciaire. Le tribunal doit accumuler les dossiers prouvant la véracité des faits et non à l’accusé de démontrer qu’il est innocent. En France, l’arrestation est suivie d’une mise en garde à vue, puis devant un juge d’instruction, d’une mise en examen suivie ou pas de prison préventive.

L’avocat du prévenu doit accumuler les preuves pour disculper son client et le faire libérer ou acquitter.

En Amérique, dans le cas d’une accusation même multiple, le prévenu est libre de ses mouvements en attendant que lui et ses avocats aient un dossier en béton pour être traîné devant un tribunal. Il doit régler une caution qui dans le cas de Weinstein a été fixée à un million de dollars (Weinstein a vendu ses sociétés pour 310 millions, ce qui lui donne une bonne marge). De plus il a plaidé « Not guilty », (non coupable) indiquant que toutes ces relations avait eu lieu entre adultes consentants. Il est libre avec un bracelet électronique et peut préparer sa défense.

Ce que veut faire Weinstein, maintenant qu’une grande partie de l’instruction (recherche de preuves, auditions des victimes, confrontations entre avocats) est terminée, c’est se défendre. Weinstein sent que le dossier est en sa faveur. Alors il se rend à la justice à New York. La juridiction, quand les accusations sont multiples et venant de nombreux états, permet de choisir celui où il risque la peine la plus légère. Certains états sont à éviter : Mississippi, Californie, Texas. Pour cette raison, Weinstein a préféré « to surrender » dans l’état de New York, considéré comme plus clément. Le procès sera évidemment retentissant surtout que Weinstein a choisi l’un des « Criminal Defense Attorney » (avocat pénaliste pour la défense) qui est parmi les plus farouches défenseurs aux Etats-Unis. Il s’appelle Benjamin Brafman, est de religion juive et fils de parents survivants des camps de concentration en Allemagne. Ils ont émigré d’abord à Cuba puis à New York, l’un des fiefs les plus importants pour la communauté juive.

Benjamin est né en plein cœur de New York à Brooklyn où il a été élevé à la dure. Après des études de droit dans plusieurs universités, il a fondé son cabinet d’avocats qui s’intéresse aux cas les plus litigieux en Amérique. Parmi ses nombreux clients, il a eu des notoriétés : Michael Jackson, le roi de la Mafia Salvatore Gravano. Pour nous Français, il a défendu Dominique Strauss-Kahn pour lequel il a obtenu un non lieu.

Ses méthodes sont rudes, même brutales dans ses interrogatoires, poussant les témoins à pleurer, à s’excuser et surtout à trouver par des négociations une solution acceptable pour les deux parties.

Si procès (Trial) il y a, ce sera devant un « Grand Jury », composé de citoyens tirés au sort. Et Brafman est prêt à sortir ses armes de dissuasion. Dans un entretien avec un grand journal américain, il a déclaré :

« If a woman has sex to help her Hollywood career, that is not rape ! »

(Si une femme fait l’amour pour améliorer sa carrière à Hollywood, ce n’est pas du viol !)

Les 85 plaignantes sont donc prévenues : Benjamin Brafman n’hésitera pas à harceler juridiquement les victimes, les unes après les autres pour qu‘elles révèlent leurs habitudes sexuelles, pourquoi elles sont montées dans la chambre de Weinstein, connaissant sa réputation. Il insistera pour savoir ce qu‘elles portaient ce soir-là, quels avantages elles ont tiré de cette nuit, pourquoi elles n’ont pas porté plainte il y a 10, 20 ans ?

Le but sera de les faire craquer pour montrer que ces affaires ne sont pas uniquement celles de Weinstein. Il reviendra sur l’histoire d’Hollywood jusque dans les années 20, mettra en avant que c’était devenu une tradition mise en place par tous les producteurs, acteurs, actrices et que ce système, dénoncé brutalement maintenant, était connu depuis belle lurette et accepté par tous.

Alors que vont répondre les anciennes starlettes devenues grandes vedettes grâce à Weinstein ? Quelles révélations vont sortir de ces témoignages ?

Pour l’instant il n’y a que deux plaintes portées devant la justice : Lucia Evans, une jeune femme qui cherchait fortune à Hollywood. Elle connaissait la réputation de Weinstein et lui laisse néanmoins son numéro de téléphone pour un futur rendez-vous.

Une autre plainte vient de Alexandra Canosa qui accuse Weinstein de viol pendant trois soirs de suite à l’Hôtel TriBeCa à Manhattan, d’où la présence de Weinstein dans cette ville. Beaucoup d’autres vedettes très connues ont aussi accusé Weinstein de comportement abusif mais sans porter plainte de peur de ce procès. Elles ont révélé leur problème avec lui mais uniquement à la presse. Elles ne pourront alors pas être interrogées au cours du procès sinon comme témoins par le procureur.

Weinstein en mettant son sort entre les mains de Benjamin Brafman savait ce qu’il faisait. Lui aussi ainsi que son avocat sont prêts à affronter brutalement celles qui l’accusent.

Autre raison qui apportera un avantage à Weinstein : la date éloignée du « viol ». Déjà son avocat ressort des mails de ces victimes envoyés à Weinstein bien après son harcèlement sexuel montrant que le contenu était plutôt sympathique. Plusieurs lui envoyaient baisers et câlineries. Ces mails seront exposés aux yeux du jury mais aussi du grand public et démontreront qu’il y avait connivence entre Weinstein et ses victimes.

Un procès éblouissant en perspective qui exposera les dessous d’Hollywood et des carrières de vedettes du cinéma !

Ce qui se passera à la méthode américaine, ce sont les victimes qui discrètement se retireront de cette scène juridique. Plusieurs ont déjà sourcillé d’apprendre que Brafman prenait le procès en main.

Mais qu’en est-il de tout ce cinéma pour expliquer à présent le comportement des hommes par rapport aux femmes ? Est-ce que le « dénonce ton porc » a fait progresser la cause des féministes ? Le « cochon » n’a-t-il pas été poussé trop loin ? Quelle différence entre un brin de galanterie et de flirt et un harcèlement sexuel ? La méfiance doit s’installer ouvertement chez les hommes surtout ceux qui ont une position supérieure à la femme qu’ils cherchent à séduire. Ils pourront se retrouver facilement sur une main courante ou dans une plainte auprès de la police. Pour éviter ce genre de désagrément au niveau de la jeunesse et faire la leçon aux garçons, faut-il retourner aux écoles des filles séparées de celles des garçons ? Déjà dans certains pays, il y a des bus pour femmes et d’autres pour hommes. Aux Etats-Unis au 19esiècle lorsque naissaient les universités souvent sous tutelle religieuse, il y avait Vassar pour les filles et Columbus pour les hommes pour éviter la promiscuité donc la débauche et le harcèlement sexuel.

A Cannes un soir, ce fut la montée des femmes, touchante cérémonie pour la défense des femmes actrices ou productrices. A quand la montée des marches pour les hommes seulement ?

Cette séparation qui se glisse dans nos sociétés peut mener à un rapport distant et terne entre hommes et femmes et défavoriser la cause des féministes qui ne trouveront plus le soutien des hommes.

Le procès Weinstein va avoir des conséquences nauséabondes pour tous, surtout en Amérique car les femmes, sinon un honneur retrouvé, ne bénéficieront en rien du verdict et les hommes auront une attitude plus neutre, plus terne vis à vis des femmes.

En tout cas pour les deux plaignantes, l’avenir leur promet de sérieux traumatismes psychologiques à suivre les débats et à y participer de leur témoignage.

André Girod

image_pdfimage_print

24 Commentaires

  1. Contrairement à DSK qui a tenté de violer Nafissatou Diallo, il ne semble pas y avoir de contrainte dans l’affaire Weinstein, les plaignantes étaient consentantes. Weinstein abusait de sa position, cela est moralement difficile à défendre, mais est-ce pour autant illégal? Cela me fait davantage penser à des promotions canapés qu’autre chose.

    • Pour obtenir le statut de réfugiée aux USA Nafissatou Dialo avait prétendu avoir être la victime d’un viol collectif en Afrique. Elle a plus tard avoué que c’était un mensonge. il est donc possible qu’elle ait aussi menti pour l’affaire Strauss Kahn.

      • Domi nik , …. Un rat crevé dans un caniveau il se serait taper . Un saint ,un innocent injustement condamné .sortons les mouchoirs !

    • Oui, d’ailleurs l’actrice Asia Argento dit avoir eu des relations sexuelles « consenties » mais « non désirées » avec Weinstein pendant près de 5 ans… Ce qui n’est pas du tout la définition d’un viol mais de relations consenties pendant plusieurs années pour des raisons d’ambition pour une carrière, ce qui est la définition d’une promotion canapé.

    • Il est également possible de retourner les responsabilités car si :
      « Weinstein abusait de sa position » ,
      Ces demoiselles n’abusaient-elles pas du sex-appeal qu’elles s’évertuent à dégager.
      Il ne faut pas oublier que ce sont, pour les besoins de leur métiers, des professionnelles de la séduction.

    • Justement, ce sera le procès de la promotion canapé et de la violence morale que cela représente.Je suis ravie que la peur puisse changer de camp.La promotion canapé ou avantage quelconque moyennant ce procédé inique doit être interdit.Cela s’appelle la corruption.Pour ceux qui défendent le système en disant que cela a toujours existé,alors à quand son institutionnalisation pour avoir son permis de construire ou des soins médicaux?????

      • Encore une fois n’y a-t-il pas « violence morale » de la part d’une femme, professionnelle de la séduction, à faire par:
        -son physique (toutes des tops)
        -son attitude (voir les minauderies)
        -son habillement (pour le moins light)
        -son maquillage (comme une voiture volée)
        -sa coiffure (200$ la séance)
        -l’acceptation du lieu de rendez-vous (une chambre d’hôtel)
        craquer un homme ?

        • J. Marais, pour éviter tout cela, c’est simple : Qu’elles se voilent toutes!!
          Et l’homme ne sera plus tenté!
          Vous vous rendez compte de ce que vous dites?

          • Je me rends parfaitement compte de ce que je dis.
            Regardez comment ces donzelles apparaissent et se comportent sur les tapis rouges des cérémonies et certainement lors de ces rendez-vous.

            Il y a une marge entre se voiler et se dévoiler.
            Il y a une marge entre bienséance et exibition

            • Et vous, J. Marais, vous êtes celui qui détermine « la marge »?
              Combien de centimètres au-dessus du genou pour une minijupe? 15 cm, c’est bienséant et à 23.5 cm c’est de l’exhibition?
              Poussez votre raisonnement au bout, vous arriverez à la femme tentatrice qu’il faut « encadrer ».
              Çà ne vous rappelle rien?

  2. L’image du porc est inadéquat pour 2 raisons beaucoup aime le porc et en mange!!! De plus ils sont intelligent et propre il faudrait veulent trouver aire chose pour imaginer ce monstre

  3. AU SUJET DE WEINSTEIN ,,,,,,,,ARRETONS LES CONNERIES SVP ,,pour le moment il est INNOCENT ,,,comme Sarko l etait avc ttes ses casserolles ,,jusqu a PREUVES DU CONTRAIRE ,,,,,,SINON LES COUPABLES VONT EN PRISON c valable pour TOUS MERCI

  4. tout le monde a vu le déballage lors du festival de cannes , des poitrines à l’ait,des culottes dans tout les sens, des personnes qui sortent des voitures en montrant leur anatomie !! oh les bobo ont fait le buzz avec balance ton porc !! mais le soir lors des fetes que se passait il a votre avis ?,les seules qui ont bien resumé le probleme ce sont deneuve et bardot combien de starlettes n’ont pas hesiter a  »coucher » et dans le cinema français combien de weinstein ??

  5. interdit d’interdire, ah ah ah…….les nanas veulent se venger de 5000 ans d’exploitation masculine, et ça ne fait que commencer. la guerre qui s’annonce ne se déroulera pas sur un seul front identifiable mais sur des centaines en même temps, ce qui fait que les faiseurs de guerre se prendront obligatoirement les pieds dans le tapis, heureusement, et les lignes bougeant constamment, devenir ainsi, à égalité avec leurs adversaires, qui ne seront pas forcément ceux auxquels ils s’attendaient.

  6. DSK s’est fait avoir comme un bleu ;Diallo,avec des complicités peut-être avait prémédité l’affaire .Bâtie comme un baobab,elle aurait fait sauver Tyson …Comment expliquer que DSK l’ait forcée,sans qu’elle hurle et sans qu’il s’en sorte sans une égratignure ?Elle s’est tout simplement laissée faire et a fait semblant de gémir après coup .

    • C’est clair que DSK est tombé dans un piège tendu au bon moment à un homme dont ses ennemis connaissent le talon d’Achille. i … Il n’y a rien qui colle dans cette affaire, sans parler du physique de colosse de la « victime »‘qui apparemment aurait pu sans problème mettre KO un agresseur d’un gabarit nettement inférieur.

  7. Lettre d’exil……..??
    Parler de viol à Hollywood et en 9-3 n’est pas la même chose…
    Vénalité des Unes, fragilité des Autres…
    Ambition et Soumission volontaire font bon ménage..
    « Amusant ? » seules les oubliées portent plainte ! Les autres (?) non ! Retraite en or ?
    « Le Festival de Connes » ? Greluches de tous Pays Unissez-vous !
    (Dans le Fig d’hier, défense des « Pauvres Hommes » par.Mme Strauch-Bonart)

  8. Encore un article d’André Girod, et encore sur un sujet de première importance, vous en conviendrez, et de surcroît en parfaite adéquation avec la vocation de Riposte Laïque…

  9. « Pourquoi les plaignantes sont-elles montées dans la chambre de Weinstein, connaissant sa réputation ? » En effet, il y a des endroits nettement plus appropriés pour discuter boulot surtout avec un interlocuteur à la réputation sulfureuse… Un bureau, un restaurant, un café, etc. avec du monde autour. Suivre un homme, toute seule, dans sa chambre avec un lit qui vous tend les bras, ça sème un gros doute sur les véritables intentions du « prédateur » et de sa prétendue « victime ». . Les Américains sont-ils naïfs ou hypocrites à ce point-là ?

  10. La dépravation de ces milieux et l’arrogance de cette caste me laissent froid. En trois mots, de circonstance : rien à foutre

  11. Il reste à prouver qu’il y ait dans tous les cas d’un côté d’infects prédateurs et de l’autre d’innocentes agnelles attrapées par surprise et violées par la force…

    • Quand l’argent est de la partie cela ne s’appelle plus viol mais porte un autre nom … Le viol implique de la part de l’agresseur l’ usage de la force physique, de la menace (une arme) de la drogue. Mais il faut arrêter avec cette vision caricaturale de l’homme éternel prédateur et de la femme éternelle victime. Il y a aussi des femmes prédatrices, des menteuses qui accusent sans preuve des hommes innocents, pour leur nuire et/ou obtenir de l’argent, c’est devenu si facile avec ce tsunami de délations dont s’enchantent certains et qui n’a RIEN à voir avec la justice.

    • Un exemple tout récent prouve que ce n’est pas oui dans tous les cas. Luc Besson, accusé d’avoir drogué pour la violer une ex : il s’avère après analyse du sang de la pauvre créature, que celle-ci n’a pas été droguée du tout. Pas la moindre trace de drogue dans son sang. Violer, c’est criminel, mais accuser faussement et salir la réputation d’un homme par méchanceté ou cupidité , c’est criminel aussi.

Les commentaires sont fermés.