Il y a 8 ans, 200 révisionnistes lynchaient Sylvain Gouguenheim

Publié le 26 avril 2016 - par - 8 commentaires - 1 457 vues
Share

GouguenheimLe 30 avril 2008, un  collectif international de 56 chercheurs en histoire et philosophie du Moyen Age publiait dans « Libération » une tribune dénonçant et condamnant un de leurs collègues pour un ouvrage qu’il venait de faire paraître.

Dans le même temps, et avec le même objectif, une pétition rassemblait la signature de près de 200 « enseignants, chercheurs, personnels, auditeurs, élèves et anciens élèves de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon », établissement où enseignait le coupable.

L’affaire devait être particulièrement grave pour que tant de personnalités, par ailleurs plutôt jalouses de leurs recherches et productions se rassemblent contre un de leurs confrères médiévistes.

On notera que Jacques Le Goff entre autres a refusé de s’associer à la meute.

Des erreurs sont mises en avant par le collectif : « Jean de Salisbury n’a pas fait œuvre de commentateur » effectivement c’est important, mais peut-être n’est-ce pas suffisant pour susciter une telle réaction de rejet ; « ce n’est pas via les traductions syriaques que ce que l’on appelle la « Logica nova » ( une partie de l’Organon d’Aristote) a été reçue en occident »; Bon ! si vous le dites, mais de là à mettre au ban de l’Histoire un livre de 200 pages accompagnées de 556 notes !

« Enfin et surtout, rien ne permet de penser que le célèbre Jacques de Venise…ait jamais mis les pieds au Mont-Saint-Michel », sauf que Sylvain Gougenheim, parce qu’il s’agit bien sûr de lui, a de bonnes raisons de le penser et les présente dans son livre « Aristote au Mont Saint-Michel ».

Quelle est alors la véritable raison de l’anathème lancé à son encontre par les « 56 » ? Ils nous le disent : «  Historiens et philosophes, nous avons lu avec stupéfaction l’ouvrage de Sylvain Gougenheim…qui prétend démontrer que l’Europe médiévale se serait approprié directement l’héritage grec au point de dire qu’elle « aurait suivi un cheminement identique même en l’absence de tout lien avec le monde islamique »et de taper du poing sur la table «  Oui, l’Occident Chrétien est redevable au monde islamique ».

Et non ! Il ne l’est pas.

Sylvain Gouguenheim avec son ouvrage démonte ce révisionnisme qu’il présente dans l’avant-propos :

« Les « âges sombres » du Moyen Age sont de retour. L’Histoire culturelle de l’Europe, pourtant éclairée depuis plusieurs décennies par les travaux de nombreux médiévistes fait l’objet d’une révision. S’impose désormais l’image biaisée d’une chrétienté à la traîne d’un « Islam des Lumières » auquel elle devrait son essor, grâce à la transmission d’un savoir grec dont l’époque médiévale avait perdu les clés… La thèse n’aurait en soi rien de scandaleux, si elle était vraie. »

Déjà huit ans que Sylvain Gouguenheim a choisi son camp et a décidé de faire acte de résistance active. Il a subi les foudres inquisitionnelles, fascistes, staliniennes au choix mais en tout cas totalitaires de la pensée unique autorisée.

Aujourd’hui il a en préparation notamment un livre sur les apports culturels du monde bysantin à l’Europe latine. J’en attends la sortie avec beaucoup d’intérêt et d’envie.

Pour l’heure, j’invite les contributeurs à RL, comme Marion Duvauchel, et tous les résistants à se délecter avec  « Aristote au Mont-Saint-Michel » et cerise sur le gâteau avec son annexe 1 : « L’amie d’Himmler et le « soleil d’Allah ».

Jean Théron

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
François Servenière

Il suffit de voir les commentaires du livre de Sylvain Gouguenheim sur Amazon. En fait il a subi tout ce que les écrivains et historiens décrivant le réel subissent sous un régime dictatorial de type socialiste ou communiste, à l’instar de Soljenitsyne et des autres, sans parler de ceux qui ont été assassinés par Beria, Lénine et Staline pour les mêmes raisons. En France, combien de carrières assassinées pour les mêmes raisons, par le trotskisme ? Car nous y sommes depuis 1981, malheureusement. Toute ma vie professionnelle j’ai du me farcir cette immonde crétinerie d’essence supérieure.

https://www.amazon.fr/Aristote-mont-Saint-Michel-grecques-chr%C3%A9tienne/dp/2020965410

montecristo

A part Avicennes, Averoés, Ibn El Kaldoun … les historiens et philosophes contestataires peuvent-ils énoncer des noms de grands savant musulmans qui auraient marqué l’humanité par les immenses travaux qu’ils auraient laissés à la postérité ???

Frederix

Avicennes, Averoés et Ibn El Kaldoun ne sont que des penseurs anecdotiques. Franchement !

montecristo

Ibn El Kaldoun …? Anecdotique ??? Franchement ???

François Servenière

Il faut juste regarder la liste des Prix Nobels et le Livre mondial des découvertes scientifiques… Affligeant la participation de l’islam au progrès! Les chasseurs cueilleurs et les chinois de l’antiquité sont bien devant. L’islam a tout emprunté aux autres cultures. Tout. L’islam est la négation de la culture. Partout. On aura peut-être une spécialité locale pour traire les chèvres et monter sur les chameaux, pour faire le thé et le café, pour s’assoir sur des coussins, pour faire dzouing, dzouing avec des tétracordes et des flûtes pastorales… Sinon, le vide sidéral. Voir la liste des architectes qui construisent à… lire la suite

Johan

La vraie question est : de quoi les musulmans nous ont privé, du savoir des anciens, des relations avec l’Inde et la Chine. Si les musulmans n’avaient pas conquis ces territoires occupés par l’empire byzantin, qui avait le grec pour langue commune, et des royaumes wisigoth d’Espagne, loin d’être des barbares, nous aurions eu plus accès aux auteurs grecs et latins. Mais finalement ce n’est pas plus mal. Au siècle de St Louis (XLLL°) la médecine, la métallurgie, l’architecture, les moulins pré-industriels médiévaux d’occident étaient supérieurs aux techniques antiques. La redécouverte des auteurs latins à la fin du moyen-âge et… lire la suite

François Servenière

La vraie réponse est dans les deux textes suivants :

« Brûlez les bibliothèques, car leur valeur se trouve dans ce seul livre (le Coran). »
attribuée à, lors de la prise d’Alexandrie
Omar (581-644), calife

et

http://limes.over-blog.com/article-4729045.html

That’s all folks !

Cela signifie que l’islam est de la culture sur brûlis, rien d’autre.
Quel est le résultat de cette culture, en Afrique comme en Europe ? La pauvreté.

Louve Normande

Cela fait des années au vu des destructions des bouddhas en Afghanistan ou du temple de Palmyre…. que je me demande TOUT ce que nous avons bien pu PERDRE par LEUR faute !!!