Y'a des sous pour p'tit Louis !

Pour tous les expatriés, sans condition de revenus , Nicolas Sarkozy veut imposer une réforme généreuse (avec l’argent des contribuables) :
la gratuité des écoles, lycées français de l’étranger. Qu’ils soient publics ou privés ou sous contrat : gratuit ! Quand on sait que ce sont surtout les cades qui s’expatrient , on peut imaginer le cadeau : 5.500 € à Tokyo, 6.500 à Londres, 15.000 à New York et 17.000 à San Francisco.
A New York par exemple, il faut gagner moins de 65.000 € pour décrocher 4.500 € d’aide !
Devant la communauté française d’Athènes, Sarko a déclaré qu’il aurait pu commencer par la maternelle « mais j’ai voulu commencer par l’année la plus chère pour que vous puissiez constater la générosité des pouvoirs publics français ».
Mais avec quel argent Sarko est-il si généreux ? Le nôtre parbleu .
Et pour quelles familles ?

A Londres, l’une de ces familles concernées déclare plus de 2 millions d’euros de revenus annuels. Jusqu’ici , une partie du financement était assurée par les entreprises françaises désireuses d’attirer leurs cadres à l’étranger.
Alors ces entreprises qui mettent leurs salariés français (trop chers) à la porte pour s’installer à l’étranger avec des salariés (moins chers) et faire payer les études de leurs chères (c’est le cas de le dire) têtes blondes gagnent sur tous les tableaux ! le beurre, l’argent du beurre et la crémière, la France !
Certains ont protesté, la mesure coûterait trop cher ! On pourrait essayer peut-être une gratuité partielle ?
Mais Nicolas s’obstine : non, une gratuité totale et sans conditions de revenus !
Tiens, mais pourquoi cette obstination ?
Ne serait-ce pas parce que p’tit Louis, le dernier de Nicolas Sarkozy est scolarisé à Dubaï , inscrit au lycée français de Doha ?
Mireille Popelin
(avec l’aide du Canard enchaîné et de lecteurs attachés aux valeurs républicaines)

image_pdf
0
0