Yann Barthès en service commandé contre le FN

Bartes


Après les événements du 1er mai impliquant l’équipe du « Petit Journal » de Canal+ et des militants du Front national, Yann Barthès est venu sur tous les médias pleurnicher sur le soi-disant tabassage dont son équipe aurait été victime lors de ce traditionnel défilé.
Rappelons, tout d’abord que ce défilé était  autorisé par les autorités compétentes, bien organisé et encadré par son service d’ordre.
Rappelons que contrairement aux défilés ou manifestations gauchistes il n’y a eu aucun débordement à déplorer, pas de vitrines cassées, ni de voitures brûlées, pas d’agressions comme celle qui a eu lieu contre deux hommes portant la kippa lors du défilé du NPA ce même 1er mai parce qu’ils étaient juifs …
Rappelons  que les Femens ont surgi une première fois au moment du dépôt de gerbe par Marine Le Pen au pied de la statut de Jeanne D’Arc, puis une seconde fois pendant son discours en faisant le salut nazi et hurlant « Heil Le Pen ». Provoquant ainsi les foules venues défiler pacifiquement.
Rappelons aussi le contexte insultant et méprisant de tous les politiques, de tous les syndicats, de l’ensemble des médias à l’égard  des militants, des sympathisants, des élus et des électeurs du Front national.
C’est dans ce contexte que nos « amis » du petit journal, que nous qualifions, nous, à Riposte Laïque, de marionnettes du pouvoir, sont venus extirper des conversations privées à Bruno Gollnisch et autres cadres du FN et du RBM. Une semaine plus tôt, ils avaient déjà, au parlement européen, photographié  des papiers confidentiels que Bruno Gollnisch échangeait avec un collègue grâce à un télé-objectif.
Les sbires du Petit Journal utilisent des méthodes de minables petits flics du système, en totale contradiction avec la déontologie de journaliste. Ils sont une machine de guerre, soutenus par ce régime, contre le seul parti qui inquiète leurs employeurs, le Front national.
Mais au fait, sont-ils vraiment journalistes, ou bien des militants politiques déguisés en journaleux, avec Yann Barthès dans le rôle du chef de cellule ?
Maud Orcel

image_pdf
0
0