Yann Moix et Léonora Miano couronnés : la prime au génocide ethnico-culturel de notre identité

Pourquoi je n’achèterai pas les prix Renaudot et Fémina cette année ?
Leurs auteurs passent à la télé moins pour vendre leur livre que pour participer au grand lynchage médiatique de la France.

Lynchage de plus en plus hystérique et violent vue la manière dont sont traités sur tous les plateaux télé ceux qui osent nuancer ou contredire l’actuel délire victimaire racialiste.

Donnons d’abord le satisfecit du bobo dhimmi à Yann Moix qui vient de remporter le prix Renaudot pour son livre « Naissance »:

L’une de ses « prestations » télé ici :

http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/c-le-boucan-de-canal/cid968450-yann-moix-contre-le-racisme.html

Sur le plateau du Grand Journal il y témoigne de sa « honte » d’être Français après les propos racistes dont Taubira a été la cible. Ou comment faire carpette chaque fois qu’une personne en France dit quelque chose qui va servir ses orientations politique. Bien évidemment il n’a jamais eu aucune honte publique pour ceux qui font du racisme anti-blanc à longueur d’année. Ou pour la multiplication des actes de profanation anti-chrétien. Ou le sabordage de la laïcité par des Maires qui ouvrent des lieux cultuels sous forme d’associations culturelles…

Non la honte de Yan le Moue est à sens unique. Toujours et uniquement retournée contre lui-même et contre le « Français » … blanc de souche qu’il ne se supporte pas d’être (?).

« Je pense que la France n’a pas vocation à être blanche (…) Ceux qui ont en fait du mal à coexister avec ceux qu’on appelle ‘les noirs et les arabes’ devraient vraiment quitter ce territoire, parce qu’ils vont avoir des désillusions horribles dans les années qui viennent ».

On note là le même discours nauséabond que celui d’autres nouveaux français qui semblent prendre plaisir à conseiller aux Français de souche de partir de leur propre pays pour laisser la place aux « noirs » et aux « arabes »… Gageons que Yann Moix dans les années 50 auraient tenu le même type de discours en Algérie ce qui donnerait à peu près ceci :

« Je pense que l’Algérie n’a pas vocation à être Arabo-musulmane. (…) Ceux parmi les Arabes qui ont en fait du mal à coexister avec ceux qu’on appelle français blancs chrétiens ou juifs  devraient vraiment quitter l’Algérie, parce qu’ils vont avoir des désillusions horribles dans les années qui viennent ».

On imagine, à juste titre, ce que de tels propos auraient alors déclenché. Mais visiblement les temps changent et la France aussi ….

En lisant la présentation de son livre de 1 152 pénibles pages on comprend d’ailleurs pourquoi celui-ci est tellement dans l’air vicié du temps.

« La naissance ne saurait être biologique : on choisit toujours ses parents. Naître, c’est semer ses géniteurs. Non pas tuer le père, mais tuer en nous le fils. Laisser son sang derrière, s’affranchir de ses gènes. Chercher, trouver d’autres parents : spirituels. Ce qui compte, ce n’est pas la mise au monde, mais la mise en monde. Naître biologiquement, c’est à la portée du premier chiot venu, des grenouilles, des mulots, des huîtres. Naître spirituellement, naître à soi-même, se déspermatozoïder, c’est à la portée de ceux-là seuls qui préfèrent les orphelins aux fils de famille, les adoptés aux programmés, les fugueurs aux successeurs, les déviances aux descendances. Toute naissance est devant soi. C’est la mort qui est derrière. Les parents nous ont donné la vie ? A nous de la leur reprendre. Le plus tôt possible. »

Autre primée : Léonora Miano écrivain(e) camerounaise vivant en France :  prix Fémina 2013 pour « La saison de l’ombre » , récit sur le basculement d’un monde pour une communauté africaine confrontée à la traite négrière …

Elle s’est exprimée de manière très convaincante dans l’émission de France 3 : « Ce soir ou jamais »

[youtube]ny5WSJmZJBk[/youtube]

Pour comprendre le fond d’une telle pensée je fais l’hypothèse suivante ( à infirmer ou confirmer): la logique de son raisonnement, qui est hélas aussi celle exprimée par une très large majorité des populations nouvellement présentes en France, et alors qu’elle refuse (consciemment ou inconsciemment) d’en  reconnaitre le fondement profond,  prend en fait naissance dans celle d’un racisme revanchard anti-blanc et anti-occidental.

Selon elle le monde est simple. D’un côté des gentilles cultures victimes du méchant blanc occidental colonisateur, destructeur et exploiteur capitaliste. ( si si tout cela en même temps) De l’autre des migrants pré-déracinés chez eux qui vont faire « payer l’addition » à l’Occidental en venant chez lui. Et à l’écouter visiblement les occidentaux le méritent …

Bref encore une « réfugiée » économique, qui fait son beurre en France en insultant notre pays  et en faisant oeuvre de révisionisme historique … tout en légitimant un état d’esprit qui risque de mener à la guerre civile. Comme quoi francophobie et francophonie peuvent partager le même corp(u)s.

Pas de surprise donc quand elle annonce à sa manière elle aussi  le Grand Remplacement en cours :

« (…) L’histoire se déroule (…). Vous avez peur d’être minoritaire culturellement. N’ayez pas peur de quelque chose qui va se passer. Parce ce que ça va se passer. Ca s’appelle une mutation. L’Europe va muter. »

Bref, tout comme Yann Moix, elle prône le génocide ethnico-culturel de notre identité multi séculaire …

Tout un programme …

Jean Héron

 

image_pdfimage_print