Yannick Noah est vraiment une aubaine pour le FN

yannicknoahclownYannick Noah se sent « insulté » par le score qu’a obtenu le Front National aux élections européennes. Il se dit même « déchiré » quand ses amis de l’étranger l’appellent pour lui faire part de leur étonnement. La « honte » ne le quitte plus !

Honte d’être Français ? Honte de constater l’impuissance actuelle de la gauche face à la montée du Front National ? Honte de ne pas être en première ligne pour défendre la France contre le retour des « heures les plus sombres de son Histoire » ? Honte d’un peuple qui encourage le Rassemblement Bleu Marine ?

Yannick Noah peut toujours chanter sa « colère » (1) : il ne changera rien au réveil national – dont il est un des acteurs involontaires !

En effet, vivre aux Etats-Unis par luxe, prudence ou calcul, et prétendre aimer son pays ; se présenter comme l’archétype de la bonne conscience en donnant sans cesse des leçons de morale politique à faire pâlir de jalousie Bernard-Henri Lévy lui-même ; ou encore être ce contribuable qui, depuis quinze ans déjà, est en indélicatesse avec le fisc français (2), ne peut être porteur que dans l’univers de la bienpensance. En revanche, pour ceux dont le quotidien est financièrement difficile, et qui – à juste titre – se sentent  trahis par le Pouvoir en place, cela ne passe pas. S’il existe une véritable « insulte », elle est là, dans le décalage exorbitant entre le train de vie de Yannick Noah (3) et celui de monsieur Tout-le-Monde.

Ce que monsieur Tout-le-Monde pourrait, en l’occurrence, espérer d’un Yannick Noah, c’est une posture nationale irréprochable jointe à une analyse objective des raisons qui ont conduit les électeurs à ne pas voter pour la gauche. Mais ces raisons ne se trouvent guère dans la bouche de Yannick Noah, pas plus que dans celle des bobos parisiens, qui se pavanent de festival en festival et profitent des feux de la rampe pour fustiger – sans danger évidemment ! – ce qui serait susceptible de salir leur image.

Car Yannick Noah n’est qu’une image, et une image à la mode : tolérant, mais uniquement avec ceux qui pensent comme lui ; démocrate, à condition que le vote des Français soit conforme à l’idée que ce monsieur se fait de la France.

Quand donc notre « donneur de leçons » comprendra-t-il que les Français sont libres de leurs choix politiques ? Que dirait-il, par ailleurs, si les partisans de Marine Le Pen se mettaient à dénoncer, avec la virulence dont témoignent aujourd’hui les fameux « antifa » (4), la victoire de François Hollande lors de l’élection présidentielle de2012 ? Marine Le Pen a-t-elle une seule fois « insulté » la gauche ?

Monsieur Noah devrait savoir que la première qualité d’une conscience politique, c’est l’aptitude à reconnaître la réciprocité des consciences. Il semble, hélas, que cette qualité lui fasse défaut !

Maurice Vidal

(1) Cf. sa chanson anti-Front National, intitulée Ma colère.

(2)  En 2012, Yannick Noah devait plus d’un million d’euros au fisc. La somme a cependant été ramenée à 500 000 euros,  « après déductions fiscales et retrait d’une amende pour mauvaise foi » (France Soir ,  20-05-2012).

(3)  «  Selon le palmarès annuel du journal Challenges, l’auteur d’Africa Song a gagné 3,8 millions d’euros pour la seule année 2010. Sur l’ensemble de sa carrière, sa fortune se compte en millions d’euros, entre tournois (3,4 millions d’euros au total), sponsors et revenus artistiques…  » (France Soir, 20-05-2012).

(4)  Abréviation d’ « anti-fasciste ».

 

image_pdfimage_print