Youssef Hindi : fantasme messianiste et apologie de l’islam (1)

Publié le 21 juin 2017 - par - 6 commentaires - 1 131 vues
Share

Youssef Hindi, se présentant pompeusement comme un maître en eschatologie messianiste a commis trois ouvrages depuis 2015 (aux éditions SIGEST).

Je ne parlerai que des deux derniers ouvrages, publiés en 2016 et 2017.

Dans son premier ouvrage paru en 2015, Occident et Islam, il n’est question que du complot americano-sioniste. Dans les deux suivants, « Les mythes fondateurs du choc des civilisations ou comment l’islam est devenu l’ennemi de l’Occident » paru en 2016, et « La mystique de la laïcité » paru en 2017, l’auteur va approfondir son idéologie.

Engageons ceux qui n’auraient pas bien compris qui est M. HINDI à se reporter à la page 131 de son premier ouvrage. Il y est question dans des termes sans équivoque du tribalisme juif. Ses conférences retracées sur le site Égalité et Réconciliation lèvent aussi toute ambiguïté à ce sujet.

Il s’agit d’ouvrages très idéologiquement orientés qui émanent d’un ultra-croyant musulman, ce qui est respectable en soi et d’un amateur en histoire, ce qui l’est beaucoup moins quand on veut donner des leçons. Il n’aurait pas dû s’attaquer à des sujets aussi difficiles. Son ignorance, qu’il ne saurait cacher derrière sa croyance, n’est pas excusable. Ses mensonges et ses inexactitudes purement historiques non plus.

Dans l’ouvrage de 2016 on peut voir trois parties :

– La préface (de Roger Akl) et l’introduction qui condensent l’idéologie de l’auteur

– Les 4 premiers chapitres qui sont une apologie de l’Islam

– Le chapitre 5 qui est une invitation à la théocratie et une avance pernicieuse aux chrétiens et que nous examinerons dans le prochain article.

I] L’idéologie antisioniste : préface et introduction ou le fantasme messianiste

Dès la page IX de l’ouvrage, on apprend que le choc des civilisations serait une invention des néo-conservateurs américains.

Comme à son habitude, l’auteur et son préfacier, obsédés par leur théorie, réduisent le choc des civilisations à l’opposition entre le judéo-christianisme et l’Islam. Or, si l’on sort du 20e siècle, des chocs de civilisation, il y en a eu des dizaines. Je renvoie au numéro de la NRH de juillet 2003 de l’excellent Dominique Venner. Qui oserait-dire que l’irruption de l’Islam en Europe dès le 8e siècle ne fut pas un « choc » ?

A la page qui suit, le préfacier nous ressert le prétendu « legs » d’Aristote par l’Islam à l’Occident. Ce faisant il prêche contre sa paroisse (ou sa mosquée) en ne se rendant pas compte qu’il va dans le même sens que tous les ennemis de la civilisation chrétienne (que l’auteur du livre encensera plus loin) qui font du Moyen-Age un âge obscur. Or la réalité est toute autre ainsi que l’a démontré Jacques Heers, un historien d’une autre trempe que M. Hindi, dans  ses deux ouvrages de 1992 sur le Moyen Age et dans son article du premier numéro de la NRH en 2002. L’auteur et son préfacier ne savent visiblement pas que le plus grand helléniste de la Cour d’Al Mamun 7ème calife abbasside au 9e siècle était Human Ibn Ibak et qu’il était chrétien. Le « legs » grec est surtout l’œuvre des Byzantins et des chrétiens syriaques. Le fait que dans un premier temps Aristote ait été mal reçu en Europe, influencée par le plotinisme et le néo-platonisme est un tout autre problème. Alain Pascal précise : «  Les arabes ne connaissent pas la version grecque d’Aristote, mais la traduction en syriaque, c’est-à-dire l’Aristote traduit et commenté par les néoplatoniciens » (Alain Pascal La guerre des Gnoses Volume II page 63).

Si le préfacier (page XII) nous sert un lien de parenté entre l’Islam et la chrétienté, je peux aussi lui servir la thèse du père Gallez qui voit plutôt une influence judéo-nazaréenne sur l’Islam.

A la page XXI et à la page 9, nous apprenons que la civilisation musulmane a en partie éclipsé Rome en la surpassant et qu’elle est la plus brillante de ces 2000 dernières années. On tombe de sa chaise. Les Grecs ne méritent guère mieux et M. Hindi appelle à son secours le seul historien qu’il a pu trouver en l’occurrence une femme pour nous expliquer que la splendeur de la civilisation musulmane a duré deux fois plus longtemps que celle des Grecs. Cette historienne est Sigrid Hunke dont chaque lecteur pourra vérifier qu’elle a fait siennes les idées nazies en intégrant l’Ahnenerbe sous Hitler et dont l’anti-christianisme et le paganisme étaient patents.

L’auteur nous sert aussi Robert Mantran qui, s’il fut un grand turcologue, était manifestement ignorant de l’histoire des sciences et particulièrement des mathématiques.

Les musulmans, arabes ou autres, ont hérité de l’Egypte, de Babylone, de l’Inde et des Grecs, tout comme les occidentaux. Ils sont des continuateurs de leur époque (très courte) et n’inventent strictement rien. A l’exception d’une (la loi des cosinus d’Al Kashi), la trigonométrie ne leur doit aucune de ses formules. En algèbre, ils donnent son nom à la discipline (al jabr) qui à l’époque n’est qu’un approfondissement de l’arithmétique (l’algèbre véritable commence au 18e siècle) mais ils s’arrêtent aux équations du second degré alors que ce sont les Italiens qui résoudront celles des 3e et 4e degrés.

Le cœur de la pensée de l’auteur peut-être résumé en une phrase que l’on trouve déjà développée dans son premier livre : l’Occident est une invention des messianistes juifs qui depuis le 17e siècle monteraient l’islam contre les chrétiens et cela sous l’influence des sabbato-frankistes. Les wahhabites, au 20e siècle, joueraient le rôle d’idiots utiles dans ce complot. Cette thèse très à la mode fait reposer sur deux hommes Sabbataï Tsevi pseudo messie juif faussement converti à l’Islam et Jacob Frank, juif faussement converti au catholicisme, la totalité de l’histoire du Monde occidental depuis 3 siècles. En dehors de Tsevi et de Frank, l’auteur serait bien en peine de nous donner le nom de tous les sabbatéens et de tous les frankistes qui ont prétendument dirigé le monde dans leur sens depuis 300 ans…

II] Apologie de l’Islam

Les 4 chapitres qui suivent vont tenter, sans succès, de nous montrer que l’Islam n’est pas ce qu’il y paraît.

Au préalable, levons un mensonge : le Coran ne serait pas comme la Bible hébraïque, écrit par plusieurs auteurs. On le sait depuis longtemps pour la Bible. Mais il en va de même pour le Coran et je renvoie à l’ouvrage de JJ Walter sur « Le Coran à l’épreuve de la théorie des codes » paru en 2014. On a  le choix entre 10 et 20 mains pour l’écriture du Coran.

  1. Hindi nous sert le marronnier de la guerre défensive (page 18) ; il nous expliquera alors les razzias médiévales permanentes, l’occupation de l’Espagne pendant des siècles et la déferlante seldjoukide et ottomane. Je n’en rajoute pas plus tellement de tels arguments sont stupides et contraires à la réalité historique. L’Islam a ravagé la moitié de l’Occident car le Coran le lui commandait.

Nul besoin des juifs, des Frères musulmans ou des wahhabites. Il y a un univers ravageur musulman avant Abd al-Wahhab et Daesh. Point.

Parlons maintenant des dhimmis (chapitre 3 du livre).

Partout où les musulmans sont passés, ils auraient été accueillis en libérateurs, notamment de la puissance byzantine (pages 68 à 78). L’auteur va même jusqu’à passer en revue les alliances entre musulmans et chrétiens dont la fameuse alliance de François 1er et de Soliman et celle d’Haroun ar Rachid et de Charlemagne. En oubliant de nous préciser que dans les deux cas, il s’agissait de porter préjudice à une autre partie de sa propre communauté : aux chrétiens dans le premier cas, aux Omeyyades d’Espagne dans le second. Ensuite (pages 82 à 90), l’auteur nous explique que les seldjoukides et les ottomans apportent deux ruptures successives à cette coexistence prétendument pacifique entre chrétiens et musulmans. Je ferai seulement remarquer que les turcs et nombre de mongols se sont convertis à l’Islam, et que le « problème » n’est donc ni l’Arabe, ni le Berbère, ni le Perse, ni le Turc, ni le Mongol, le vrai problème est l’Islam et son livre sacré.

Pour la prétendue merveilleuse civilisation andalouse, je renvoie aux écrivains espagnols Serafin Fanjul, Arnaud Imatz et Rafael Sanchez Saus qui analysent correctement ce que fut la dhimmitude en Espagne. Je peux aussi citer Malik (fondateur de l’école malikite) : « La capitation a été imposée aux Gens du Livre pour les humilier ». « Au cas où un juif ou un chrétien est tué, la diya (prix du sang) de chacun est équivalent à la moitié de celle d’un homme musulman libre ». « Deux religions n’existeront jamais sur la terre des Arabes », citant le Prophète (Al Muwatta hadiths n° 620, 1617 et 1650).

Vient ensuite le chapitre le plus loufoque de l’ouvrage. Celui dans lequel l’auteur voudrait nous faire croire que le statut de la femme est dégradé dans la Torah et anobli par le Coran (page 111). Bien évidemment, l’auteur s’abstient de citer les passages du Coran qui le dérangent. En réalité, le Coran marque un souverain mépris de la femme. Le sophisme qui consiste à nous expliquer que l’Islam ne donne pas à la femme des droits similaires à l’homme mais des droits égaux est à hurler de rire (page 113). On rit encore davantage devant les contorsions de l’auteur qui essaie de nous faire croire (page 122) que dans la Sourate 4 verset 34, il ne s’agit pas de battre sa femme. Je conseille aux lecteurs de lire la Sourate 4 sur les Femmes dans sa totalité ainsi que les hadiths de Boukhari et Moslim sur les femmes et de se faire leur opinion. Puis (page 127), l’auteur va se lancer dans sa démonstration de ce qu’Aïcha était majeure lorsqu’elle a consommé le mariage avec le Prophète.

Moslim nous parle d’un mariage à l’âge de 7 ans et écrit qu’elle est partie à 9 ans avec ses jouets chez le Prophète (hadith n° 1566). Al-Boukhari dans son hadith n° 5133 parle d’un mariage à 6 ans mais ne parle pas des jouets. Mais tous deux parlent d’une consommation à l’âge de neuf ans.

Patrick Leprince

  1. HINDI voudrait nous faire croire que ces deux « monstres » du hadith, unanimement respectés par les docteurs, ont été abusés par un dénommé Hicham Ibn Urwa qu’il traite de sénile. Pour l’auteur, Hicham n’a pas connu Aïcha. Or la chaîne de transmission (sanad) fournie par Boukhari est : Ibn Youssouf < Soufyan < Hicham < Urwa son père < Aïcha. Urwa a évidemment connu Aïcha. On doit donc considérer que c’est Aïcha elle-même qui avoue sa minorité lorsqu’elle est possédée par le Prophète.

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
   
Notifiez de
Bruno

Le bobo de l’Islam. L’Humanisme, c’est le libéralisme, certes, mais avant tout c’est l’Islam… Et précisément, comme c’est à mourir de rire, ça passe à la télé. Un zeste de fake news, une bonne dose d’imagination, un soupçon de propagande facsiste… Tout en ďénonçant le hiérarchisme catholique ! Voilà, le gars a l’air de croire à sa mission d’islamisation, tout le monde est content. Qu’est ce qui fait triper l’employé de bureau modèle ? La révolution, encore et encore, histoire d’oublier que c’était mieux avant, qu’il s’ennuie profondément etc. Qui n’attend pas désespérement, le messie, le retour du roi, le retour de Dieu, le tirage au sort, une cyberconscience, n’importe… lire la suite

Nemesis

En fait, les musulmans sont possédés par l’orgueil, par le désir de nuire et de détruire par n’importe quel moyen : le mensonge, l’assassinat, la guerre … Ceux qui les laissent prospérer et même plus : les protègent et leur permettent de nous envahir sont encore plus monstrueux et assassins que ces ignobles individus.

Nemesis

Pourquoi tant de haine contre ceux qui veulent conserver deux mille ans de liberté, de progrès et de croyance chrétienne ? Quel ennui de lire un commentaire aussi court !

Pivoine

« On doit donc considérer que c’est Aïcha elle-même qui avoue sa minorité lorsqu’elle est possédée par le Prophète. » Si Aïcha avait été déflorée à 9 ans par le « prophète » (imaginaire), elle n’aurait pas survécu, car elle aurait fait une hémorragie et serait morte dans les heures qui ont suivi. Ce hadith mensonger, que les islamophobes, dont certains sont aussi naïfs que les islamistes, citent volontiers, a été dicté par les califes pour justifier la pédophilie. Il est recommandé dans l’islam d’attendre avant de pénétrer son épouse (une fillette). Mais certains hommes ne le font pas, et on lit de temps à autre dans les journaux, que dans tel pays (musulman),… lire la suite

Patrick LEPRINCE

Pouvez-vous développer?

Auguste

« … Aïcha était majeure lorsqu’elle a consommé le mariage avec le Prophète… ». C’était elle la responsable de la consommation du mariage ? Nous avions la majorité à 21 ans. Giscard l’a avancée à 18. On parle de la donner à 16. Pourquoi les arabes du 7e siècle ne l’auraient pas donnée à 9 pour pouvoir consommer les fillettes impubères ?