1

YouTube : la censure pour tous, même pour moi !


La censure chaque jour plus féroce qu’exercent les grandes entreprises du web contre les idées contraires à l’utopie gauchiste n’est plus un secret pour personne. Mais je pensais naïvement que les petits comptes avec peu de vues et de souscripteurs passaient sous le radar. J’ai pu vérifier par moi-même qu’il n’en était rien.

Après avoir ouvert la chaîne YouTube « Faut qu’ça bêle », avec le but d’y observer la transhumance du grand troupeau humain vers les prairies plus vertes du monde nouveau, j’ai publié trois premières vidéos sur le thème du coronavirus. Après plusieurs semaines, je n’avais toujours pas une vue, mais pire encore, je n’avais pas non plus la moindre impression (l’apparition de la miniature dans un résultat de recherche). J’ai compris plus tard que sur certains thèmes « sensibles », et le coronavirus l’est particulièrement, les algorithmes de YouTube ne permettent pratiquement pas l’apparition de vidéos dans les résultats si elles ne proviennent pas de chaînes reconnues. Comme ma chaîne était neuve et que de surcroît j’avais eu le mauvais goût de suivre quelques chaînes hétérodoxes, mes vidéos n’avaient aucune chance d’apparaître.

Changeant de thème, j’ai voulu publier une vidéo sur l’augmentation des viols en Suède. Elle montrait des données chiffrées sur les viols commis entre 2012 et 2017 en fonction de la nationalité ou région d’origine des violeurs. La vidéo était assez factuelle, puisqu’elle se basait sur une étude réalisée sur 4 000 jugements rendus au cours de cette période.

À ma grande surprise, la vidéo a été éliminée avant même d’apparaître. Au vu de l’immense quantité de vidéos publiées sur YouTube et de l’insignifiance de ma chaîne, il est difficile de penser qu’un modérateur humain ait pu voir cette vidéo. Je pense plutôt que des mots-clés révélant un sujet « sensible » et l’absence d’autorité de la chaîne, voire même peut-être son classement à droite déduit par mes souscriptions et les vidéos que j’avais regardées, ont été suffisants pour que la vidéo soit éliminée automatiquement par le robot. Peut-être un modérateur humain a-t-il ensuite survolé rapidement le matériel pour confirmer la censure suite à mon appel.

Avec un indécrottable optimisme, j’ai malgré tout encore essayé de publier une vidéo sur ma chaîne, probablement déjà sur liste noire. Cette fois-ci, il me semblait que c’était bien inoffensif : une simple parodie de la célèbre chanson « Belle », transformée en « Bêle » et se riant de l’instinct grégaire de nos progressistes qui « bêlent avec le troupeau en se croyant rebelles ».

Mais le couperet de la censure est tombé aussi rapidement que pour la vidéo antérieure. Pour le principe, j’ai fait appel de la décision mais bien sûr sans succès. J’ai donc remonté cette aimable parodie sur TVS24 (https://tvs24.ru/pub/watch/2005/b-le/) et sur BitChute (https://www.bitchute.com/video/N3V5D5RHH0LW/), deux plateformes réputées sans censure. Je vous invite à juger la vidéo par vous-mêmes.

Quand vous saurez que YouTube l’a censurée pour « contenu violent », vous allez rire.

François Legros

Faut qu’ça bêle
https://fauxabele.us