1

Zemmour, le seul à proposer une action sociale en faveur des Français

L’histoire de la haine de Macron pour la France et les Français est celle de la propagande persistante et du bourrage de crâne sur tous les médias collabos de la mafia pro-Macron. On peut craindre un bourrage d’urnes gigantesque effectué dans certains quartiers décisifs au profit de Macron à l’occasion de l’élection présidentielle. Il est vrai que l’histoire de la haine de Macron pour la démocratie lui fait esquiver tout débat des candidats face à face. Macron fuit le débat le plus direct, le plus vivant, et le plus spontané.

Les journaleux à la botte resteront soumis lorsqu’ils interrogeront Macron candidat, le débat étant d’emblée pipé et conçu sur la base de fiches préparées. Une formule de non-débat en marche !

Pas question d’organiser un vrai débat où l’esprit le plus brillant, le goût et le talent des concurrents se conjugueraient à l’âpreté des critiques et à la vigueur des tempéraments.

Contre un vrai débat, les questions sont parfaitement calibrées, retravaillées, ratatinées et rapetissées pour faciliter la tâche de Macron candidat. Ce format est adapté aux esprits faibles, tandis que l’esprit féroce et brillant de Zemmour pétille dans tous ses meetings jusqu’à parvenir au sommet. Son très remarquable cerveau de polémiste est parmi les plus intelligents de la campagne 2022. Son esprit a débusqué les artifices et les séductions d’un acteur de théâtre comme le petit Macron qui accompagnent ses rêves re-présidentiels.

Zemmour a l’élégance littéraire du style qui manque à Macron-le-petit qui privilégie l’image à la télé sur le raisonnement politique avant son échec de 2022. Macron comprendra, mais un peu tard, qu’il vaut mieux être ami avec le peuple de France qu’avec les collabos du journal Le Monde de gauche pro-Macron.

Il aura beau s’entourer d’experts en idéologie déglingo-progressiste qui accumuleront les exigences trangenres des LGBT, il ne cessera de croire que son talent fait de lui un souverain à reconduire sans devoir débattre. Son destin lui suffira pour vaincre un rival. Il refusera d’apparaître comme l’élève arrogant et ignare qui ne sait pas quoi répondre aux questions de ses détracteurs en politique et aux professeurs d’économie !

Si Macron n’est pas un homme du passé, c’est bien un homme du passif qui a cramé la caisse.

Ce que Zemmour propose c’est une action sociale en faveur des Français, et il la fera à partir d’une économie nationale rétablie et en progrès, alors que Macron a réussi à faire une économie ruinée.

Zemmour inscrit ses pas dans ceux du Général de Gaulle dont il est inspiré, lui qui a gouverné la France pendant quinze ans avec un souci extrême de juste répartition des fruits de la croissance.

Élu président, Zemmour théorisera bientôt sa filiation historique avec cette idée de la France propre au Général de Gaulle. Il renoncera aux revendications libertaires GOF-LGBT du Gender et des extrémistes féministes. Il abandonnera un égalitarisme niveleur qui détruit l’école du mérite pour imposer la médiocrité.

Il combattra un fiscalisme vétilleux et tatillon qui fait fuir une partie des entrepreneurs et des créateurs d’emplois. Il retrouvera un électorat indépendant et conservateur avec l’ambition de rassembler derrière son programme une majorité de Français contre ses ennemis farouches, les profiteurs et les accapareurs de la gauche-caviar qui s’empiffre sur le dos du peuple, de la classe moyenne et des migrants sans papiers.

Zemmour s’efforce de tirer la leçon politique de l’évolution sociologique de la France qui, à l’issue des erreurs de la Macronie vulgaire, voit la révolte d’une immense classe moyenne appauvrie par les impôts et les taxes quand les petits retraités sont ruinés par le quadruplement du prix du pétrole. La haine de Macron-le-petit contre les Français aura réveillé une nouvelle lutte des classes. Zemmour, lui, renoue avec l’héritage du Général de Gaulle pour mieux se concilier le vote des Français gaullistes de cœur que Macron a, depuis 2017, politiquement poignardés, puisque il a décidé du déclin de la France et des Français.

Thierry Michaud-Nérard

(librement adapté de Éric Zemmour, Le suicide français).