1

Zemmour propose la Reconquête 2022 : aux Français de jouer

En 2013, notre ami René Marchand nous faisait l’honneur de publier aux éditions Riposte Laïque ce livre, qui demeure à ce jour le plus gros succès de nos ouvrages : Reconquista ou Mort de l’Europe.

Dans un entretien préliminaire, notre ami expliquait l’histoire de la Reconquista, et démontrait pourquoi l’islam n’est pas une religion, et pourquoi ce dogme est incompatible avec les valeurs de l’Europe, et celles de la France.

Près de dix ans après la sortie de cet indispensable ouvrage, ce n’est sans doute pas un hasard si Eric Zemmour a appelé son nouveau parti « Reconquête ».

Sa candidature, à laquelle beaucoup ne croyaient pas, provoque aujourd’hui un séisme dans le monde politique français. L’ancien chroniqueur de CNews est le seul candidat à oser désigner l’islam avec les mots qu’il faut, sans faire de différence entre islam et islamisme, comme les autres postulants. Donc, le mot « Reconquête » ne peut avoir été choisi au hasard.

Chaque intervention d’Eric provoque un séisme médiatique, que les médias de propagande, tous ligués contre lui, cherchent systématiquement à saboter.

Rappelons-nous de l’annonce de sa candidature à la présidentielle : 3 millions de visiteurs, malgré le coup tordu de Youtube qui exige l’âge de ceux qui veulent regarder ce grand moment, plein d’émotion.

Que dire de son discours inoubliable lors du meeting de Villepinte, et de la communion avec un public de 15.000 personnes ?

Et ce débat chez Hanouna, avec dix interlocuteurs, dont certains très agressifs, voire parfois grossiers ? Plus de 4 millions de téléspectateurs !

Et ces voeux de Noël, quand Macron se tait, et qu’Eric exprime son amour pour la symbolique de cette fête, et son respect pour la communauté chrétienne.

Et ces voeux simples, mais sincères, authentiques, qui constituent un véritable hymne à la Reconquista, et un appel aux Français pour sauver le pays, grâce à la Reconquête. Et là encore, les chiffres parlent !

Bien sûr, affolés de constater qu’en quelques semaines de campagne, Eric Zemmour était déjà donné en deuxième position, et qu’on se préparait à un duel entre lui et Macron, le système s’est mobilisé, et s’est déchaîné contre lui.

Les antifas, avec la complicité de la gauche, ont tout fait pour saboter ses meetings, allant jusqu’à perturber sa venue à Marseille et à Nantes. Les prétendus antiracistes de Sos Racisme ont voulu, à dix, mettre le bazar à Villepinte. La déclaration de candidature d’Eric, pourtant sublime, n’a été traitée que sous l’angle des images prétendument volées. Sa vie privée a été exhibée sur la place publique, il a même été agressé à Villepinte, sans que cela ne suscite le moindre message de soutien de ses adversaires, qui le considèrent comme l’ennemi à abattre, de Marine Le Pen à Mélenchon en passant par Macron.

Les journalistes de propagande, matin, midi et soir, sont mobilisés sur les plateaux pour « dégueuler » leur haine contre un candidat qui fut leur confrère, mais ils n’arrivent pas à sa cheville. Bien sûr, les termes « racistes », « fascistes » « extrême droite », « sexiste », « homophobe », « pétainiste » et « candidat de la haine » sont martelés par les collabos, qui ne se rendent pas compte qu’ils sont tellement haïs des Français que chacune de leur insulte est une nouvelle médaille pour Eric.

Bien évidemment, ils ont manipulé les sondages. Macron, qui veut imposer le passe vaccinal aux Français, avec la complicité des LR et du PS, est bien en-dessous des 25 % qui lui sont attribués. Eric est bien au-dessus des 15 % qu’on lui donne, il n’a pas pu perdre 4 points avec l’extraordinaire dynamique qu’il suscite.

Nous savons ce régime suffisamment pourri pour instrumentaliser une pandémie banale qui pourrait leur permettre de remettre en cause un processus électoral normal. Nous n’ignorons pas que les maires, qui ont perdu l’anonymat de leur signature à cause de Hollande, sont victimes d’énormes pressions pour éviter de donner leur signature à Zemmour.

Malgré tout cela, Reconquête approche des 100.000 adhérents, et une lame de fond est possible, tout simplement parce que, pour reprendre le slogan de campagne de l’ancien journaliste, « Impossible n’est pas Français ».

A nous de jouer, nous avons cent jours pour nous débarrasser du pire fossoyeur de la France, celui qui décore Buzyn et Delfraissy, et fait retirer le drapeau français de l’Arc de Triomphe au-dessus de la tombe du Soldat Inconnu.

C’est la dernière chance pour la France.

Dehors les mondialistes, dehors les traitres, place aux vrais amis de la France et place à la Reconquête.