Zemmour sur CNews : j’ai surtout retenu Touraine et Védrine…

Publié le 7 mars 2020 - par - 35 commentaires - 3 344 vues

Zemmour a commencé sa semaine de débats sur Face à l’info avec Frédéric Descrozaille, député LREM, membre de la Commission économique et ex-membre du Parti socialiste, particulièrement attentif aux questions agricoles depuis vingt ans.

Suite à la fermeture du Salon de l’agriculture en raison du CoVid-19 – ou coronavirus, les deux protagonistes ont commencé par expliquer ce qu’était, pour eux, ce Salon. Pour Descrozaille, c’est un événement qui s’adresse autant aux professionnels qu’au grand public. Aux professionnels d’abord, par les nombreux acteurs de l’agro-alimentaire rassemblés en un même point. Le Salon joue donc un rôle d’accélérateur des relations. Mais c’est aussi un événement plébiscité par le grand public, qui y voit un rendez-vous avec son territoire. Pour Zemmour, le tableau n’est pas aussi positif. Il s’interroge ainsi sur la présence à ce salon des grandes surfaces, qui ont un impact négatif important sur le niveau de vie des agriculteurs, mais aussi sur la qualité de l’alimentation des consommateurs, puisqu’elles ont favorisé les produits bas de gamme, offrant ainsi une nourriture de mauvaise qualité. Pour Descrozaille, s’il est vrai que la grande distribution « étrangle » les agriculteurs, son rôle est loin d’être si négatif. Ainsi, Mac Donald est en avance sur les attentes des politiques explicitées dans la loi Egalim. Par ailleurs, bien des rayons en grande surface perdent de l’argent, et ce au profit des consommateurs, lesquels font pression pour bénéficier de prix toujours plus bas, ce qui amène les grands distributeurs à porter cette pression sur les agriculteurs, afin de fidéliser leur clientèle. La faute des grandes surfaces, qui cherchent par ailleurs, et ce depuis vingt ans, à sortir de cette guerre des prix, est d’avoir sacrifié la formation de ses vendeurs. Les deux hommes se sont cependant retrouvés sur la conviction que les consommateurs portaient eux aussi une part de responsabilité dans la guerre des prix et devaient s’habituer à acheter plus cher et meilleur.

Zemmour par ailleurs dénonce un « cynisme » des politiques, qui par ailleurs sabordent l’agriculture depuis trente ans, et fustige leur cirque annuel puisque chacun cherche à passer le plus grand nombre d’heures possible au Salon de l’agriculture. En effet, les agriculteurs sont en difficulté à cause des grandes surfaces et des attentes des consommateurs, mais aussi à cause de la PAC, politique agricole commune. Comme l’explique Descrozaille, elle a été créée au sortir de la guerre, afin de parvenir à produire plus avec moins d’actifs. En est sorti un progrès fulgurant et un renouvellement des générations qui, en 1980, donnait un système excédentaire, avec Rouen premier exportateur mondial de blé. Elle rassemble de nombreux traités qui se réfèrent tous aux précédents, ce qui la rend difficile à réformer profondément. La PAC a, selon Descrozaille, montré ses limites lors de l’expansion de l’Union européenne à l’est, puisque les pays producteurs sont devenus minoritaires, d’où une perte de vue de la stratégie. La PAC est au départ fondée sur deux piliers, qui sont la préférence communautaire, c’est-à-dire une sorte de protectionnisme, et la complémentarité. Mais Zemmour accuse le gouvernement d’avoir sabordé l’agriculture par le biais de la PAC, expliquant qu’au début, la France vendait ses produits agricoles à l’Allemagne en échange de voitures, et que cette complémentarité a été sabordée par l’acte unique de Maastricht pour donner la concurrence interne, qui s’ajoute à la concurrence externe, avec par exemple le Ceta. Cette concurrence a des effets dramatiques sur les agriculteurs : un tiers d’entre eux touchent moins de 350 € par mois, c’est-à-dire la moitié du droit d’asile, et 200 d’entre eux se suicident chaque année.

Cet état de fait est dû à la politique libre-échangiste de la Commission, politique approuvée et incarnée par Emmanuel Macron. Ce libre-échangisme permet la concurrence interne, mais interdit aussi d’instaurer une certaine proportion du local dans la consommation nationale. Mais pour Descrozaille, la France ne pouvait décemment pas refuser l’acte unique. En effet, l’agriculture est une arme géopolitique importante, et la France ne pouvait pas le nier, ni nier que sa puissance agricole devait être réglementée. Actuellement, l’enjeu français est de sauver l’agriculture via un renouvellement des générations et des subventions.

L’échange s’est terminé sur le glyphosate, enjeu majeur et symbole de tous les excès, qui montre le mépris pour l’environnement et les risques pour la santé. Selon Descrozaille, il est nécessaire de revoir la politique autour des sols pour améliorer une agriculture qui a été chimisée et mécanisée à outrance. Cependant, dans cette évolution à mener, il est important d’avoir à l’esprit que le temps paysan n’est pas le temps politique, et encore moins le temps médiatique. L’oxymore du gouvernement Macron se voit ici une nouvelle fois, selon Zemmour, puisque le gouvernement soutient le lobby chimique, ou à tout le moins le laisse faire, marquant ainsi un fossé entre son discours et ses actes.

Pour aller plus loin
Les enjeux de l’après-guerre ont engendré un nouveau mode d’agriculture, l’agriculture intensive, afin de produire toujours plus en raison d’une explosion démographique, mais avec toujours moins à cause de l’exode rural et de l’industrialisation des territoires. Aujourd’hui se révèlent les excès de cette agriculture intensive, sous forme de pesticides dans les fruits et légumes et matières plastiques dans les viandes et poissons. Pour contrer cette situation peu enviable, de nouveaux modèles d’agriculture – raisonnée, intégrée, biologique – voient le jour. La situation est particulièrement dramatique en France. Grenier du monde, le pays est contraint de mettre encore plus de moyens dans son agriculture, et est donc le premier consommateurs de pesticides en Europe, alors même que l’immense majorité des Français juge important que les agriculteurs diminuent de moitié la fréquence des traitements par pesticides. Mais pour cela, il faudrait soit que le monde entier ait ces considérations, soit que la consommation des Français suffise à subvenir aux besoins des agriculteurs.

Mardi 3 mars

Jean-Louis Touraine, député LREM, médecin et favorable à la PMA pour toutes et post mortem, à la GPA et à l’euthanasie, est venu discuter des questions bioéthiques avec Zemmour.

La France recense à ce jour près de 500 cas de CoVid-19, ou coronavirus, et l’épidémie en est au stade 2. Pour Touraine, toutes les précautions prises par le gouvernement sont bonnes, et absolument pas disproportionnées. Cette question s’est posée pour nombre d’épidémies, comme le sida ou Ebola. Si les mesures gouvernementales sont parfois allées trop loin, comme lors de la grippe H1N1, cela ne semble pas être le cas ici. Par ailleurs, Touraine a salué l’adaptation rapide du personnel de santé qui, malgré des moyens humains peu optimum (30 % des postes sont vacants dans les hôpitaux) remplit les impératifs de l’épidémie. Zemmour remet cependant en cause les mesures prises. En effet, le nombre de morts fait par cette épidémie est plus faible que pour les autres virus, et plus faible que celui des autres grippes. Par ailleurs, Ebola n’a finalement touché que l’Afrique et le sida était plus contagieux et non maîtrisé. Aujourd’hui, la réaction au CoVid-19 semble disproportionnée, il semble qu’il n’y ait plus que ce fait dans l’actualité. D’un autre côté, si le virus est dangereux, comme le montre son évolution en Chine et en Italie et son taux de mortalité à 2,5 %  (1 pour mille pour la grippe), des mesures plus drastiques sont nécessaires, comme la fermeture des frontières, à l’image de la Russie qui a fermé sa frontière chinoise. Cette solution est refusée par Touraine.

L’actualité française ne comporte pas uniquement le CoVid-19, mais aussi le projet de loi bioéthique, actuellement en deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Concernant ce projet de loi peu plébiscité, Touraine fait remarquer que l’important dans la société actuelle est que personne n’impose son point de vue. En médecine, l’important est de regarder la balance bénéfice-inconvénient d’une opération ou d’un soin. Il y a actuellement plusieurs façons de “faire famille”, c’est pourquoi la légalisation d’une « GPA altruiste » aussi nommée « GPA éthique », où seuls les frais médicaux de la mère porteuse sont défrayés, et la légalisation de la PMA pour les lesbiennes, à laquelle pensait déjà Bob Edward, fondateur de la PMA, sont dans la ligne des progressistes. Selon Touraine, les enfants qui grandissent au sein d’une famille homoparentale vont même mieux que les enfants nés par hasard.
Mais selon Zemmour, l’expression même « faire famille » dénote une volonté du « progressisme franc-maçon » de déraciner chacun. Toute la logique des progressistes est basée sur l’idéologie LBGT, qui commande et manipule les études, qui considère que tout acte sexuel hétérosexuel est un viol et que les gays doivent pouvoir « acheter » un enfant. Touraine est l’agent de ce lobby, qui berce le grand public d’illusions. Ainsi, la « GPA éthique » n’est qu’une chimère impossible, qui mènera à la vente des gamètes lorsqu’elles viendront à manquer. Le monde entier fait payer GPA et gamètes, et il n’y a aucune chance que la France fasse exception. Le marché de la procréation brasse déjà des milliards aux États-Unis, et Touraine lui-même, rappelle Zemmour, avait demandé, au sujet du don du sang, à la “rémunération de l’altruisme”. La gratuité même pose problème car elle signifie que les progressistes obligeront les opposants à la PMA et la GPA à payer pour ces opérations. Ces changements sont également dramatiques pour les enfants qui en seront issus, puisqu’ils les condamnent à une longue recherche de leurs origines, comme on le voit déjà avec les enfants adoptés et l’obsession des tests génétiques.

Enfin, Christine Kelly a axé le débat sur l’euthanasie, autre cheval de bataille de Touraine. Ce dernier a refusé ce mot, mal connoté en France malgré sa beauté étymologique. L’euthanasie fut pratiquée par les nazis, et l’est aussi en France sur des personnes qui ne souhaitent pas mourir. Il préfère donc parler « d’aide active à mourir » comme d’un « geste d’amour » offert à une personne vulnérable face à une maladie pénible. Mais pour Zemmour, l’euthanasie, ou aide active à mourir, est une « boîte de Pandore », un geste d’amour qui deviendrait inexorablement un geste de crime. Ce changement de la société est un changement majeur, qui fait de l’homme un démiurge tout-puissant.

Pour aller plus loin
Si l’euthanasie est encore interdite en France, ses militants, dont l’ADMD, ou association pour le droit à mourir dans la dignité, argue qu’elle permettrait aux malades de ne plus souffrir atrocement. Cependant, la France a déjà mis en place des mesures permettant, justement, de réduire les souffrances. C’est ce que l’on appelle les soins palliatifs, que la loi Leonetti, non respectée à ce jour, demandait à rendre disponibles partout en France.
En Belgique, l’euthanasie est autorisée depuis une vingtaine d’années. Ont donc été euthanasiés, entre autres, des prisonniers qui souhaitaient échapper à la prison, des anorexiques et deux enfants de 13 et 9 ans.

Mercredi 4 mars 2020

Yves Michaud, philosophe, a dirigé l’école des Beaux-Arts de Paris et écrit Ceci n’est pas une tulipe et Enlaidissement des villes. Il est donc venu discuter de l’art et de ses évolutions avec Zemmour.

Les œuvres de Piotr Pavlenski, qui se définit comme artiste à idéologie, correspondent bien à une forme d’art selon Michaud. L’art est ce qui nous émeut, et la transgression y a une place importante depuis très longtemps. S’il existe une tradition du beau en art, surtout par la beauté du corps humain, cette tradition montre ses limites dès le XVIIIe siècle, lorsque la redécouverte de Shakespeare, « grossier, moche, et pourtant génial », a gêné les traditionalistes. Pavlenski, lui, n’avait jusque-là fait de mal qu’à lui-même, comme beaucoup d’actionnistes ou performeurs. Il est important de revenir à la réalité historique, qui montre l’importance du jugement rétrospectif, qui célèbre des artistes autrefois incompris. Ainsi, Flaubert et Baudelaire n’étaient, en leur temps, pas reconnus. Zemmour dément cette conception, en rappelant que Flaubert était reconnu, et que Baudelaire ne l’était pas à cause de comportements qui choquaient la morale de l’époque. L’exposé de Michaud est selon lui révélateur d’une conception de l’art existant depuis longtemps, avec une « déviance », un double basculement. L’art est selon lui une quête du beau, dont Michaud affirme qu’il est fait de variantes, tout en admettant qu’il en existe un idéal. La première querelle pointée par Zemmour date de la fin du XVIIe siècle, où certains, comme Racine et la Fontaine, veulent imiter l’Antiquité, alors que Perrault et d’autres veulent se concentrer sur le goût du public. À partir du XXe siècle s’effectue une révolution, une déviation, l’art n’est plus le beau mais la capacité de transgression. L’important n’est plus l’émotion du spectateur mais le message de l’artiste. L’art est devenu une escroquerie, et le comble de l’escroquerie est de comparer la situation actuelle à celles de Flaubert et Baudelaire. Aujourd’hui les artistes sont au mieux des militants politiques, mais si l’art n’est pas le beau, il n’est rien d’autre qu’un discours. Or, depuis l’urinoir, l’art est parodique et la grande erreur d’en reporter le jugement, car l’art contemporain veut l’argent du présent.

En effet, Michaud admet qu’aujourd’hui une partie de l’art est une annexe de la spéculation financière, phénomène existant depuis toujours, mais ayant pris une ampleur inédite depuis les années 2010. De 2018 à 2019, 26 % du montant des transactions a bénéficié à 5 artistes, et 60 % à moins de 50 d’entre eux. Toutefois, cet état de fait ne remet pas en question la valeur de l’art. Par contre, si l’art a été autrefois un vecteur d’idéologie politique et morale, avec les constructivistes russes, les artistes nazis ou Picasso, communiste, il ne l’est plus, excepté dans les hautes sphères. L’art étant financiarisé, le privé a pris le pouvoir sur sa capitalisation. Cependant, tout l’art n’est pas ainsi, et si l’art contemporain est hyper-financiarisé, on constate énormément d’arts émergents, qu’ils promeuvent les identités africaines et asiatiques, ou l’art populaire, avec les grapheurs par exemple. Pour Zemmour, l’art est resté au service d’une idéologie, l’idéologie dominante qu’est le politiquement correct. L’art contemporain est devenu une arme de guerre pour insulter les Européens, d’où sa laideur, ce à quoi les gens réagissent, par exemple en détruisant le plug anal sur la place Vendôme. Plus grave, les institutions les plus prestigieuses, comme le Louvre et le Château de Versailles, légitimisent ce nouvel art, avec par exemple l’exposition de Jeff Koons, symbole de la capitalisation de l’art, audit château. Il accuse également Michaud d’un « relativisme incroyable », qui met au même plan les grapheurs et Rembrandt.

Enfin, le débat s’est concentré sur la place de l’art dans la politique. Michaud déplore à ce sujet qu’il n’existe aucun discours politique sur l’art, et que les ministres dédiés ne restent au gouvernement que deux ans, parfois moins, tant ce sujet n’intéresse personne. Pourtant, l’art se développe partout, dans des formes parfois plus créatives que l’art visuel, avec par exemple la musique électro. Si l’art a pu être utilisé au service d’un impérialisme politique, c’est parce qu’il bénéficiait d’une dynamique, comme du temps de Jack Lang. C’est ainsi que la puissance culturelle américaine a pu s’enraciner avec des moyens économiques et culturels, le plan Marshall et Hollywood. Pour Zemmour, l’art a toujours eu un rapport avec la politique, avec les papes, les Médicis ou la Pompadour. Ils avaient du pouvoir, de l’argent et du goût. Mais après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont volé l’art contemporain, malgré la résistance de Malraux. Aujourd’hui, le ministère de la Culture est serviteur de l’intérêt privé et du conformisme, comme on le voit avec Lang qui considérait que tout se valait.

Pour aller plus loin
Pendant très longtemps, l’art a recherché une élévation, une émulation vers la transcendance. On le voit dans la construction des tableaux, mais aussi dans l’architecture, avec des monuments et immeubles dont les lignes s’élèvent vers le ciel. Mais avec l’avènement du communisme, puis du relativisme et de l’égalitarisme, tout art est devenu horizontal, ce qui est frappant avec les immeubles contemporains. Pourtant, la nature est verticale, que ce soit dans ses plantes ou dans ses montagnes, ce qui est horizontal est ce qui est malade ou déformé, et une part même de notre nature humaine, nommée la biophilie, nous pousse à aimer la construction verticale.

Jeudi 5 mars 2020

Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, a clos la semaine de Zemmour sur CNews en venant discuter des flux migratoires et des menaces turques.

La situation actuelle s’explique par la volonté. Les Russes savent ce qu’ils veulent, Erdogan sait ce qu’il veut, mais les Européens n’en ont aucune idée. On observe donc un contraste entre la bonne volonté européenne, qui veut aider tout le monde sans le pouvoir, et la Russie et Erdogan, plutôt alliés « mais pas tout le temps ». De même, Israël sait ce qu’il veut, bien que de façon archaïque. À l’inverse, l’Europe n’a pas bâti d’action pour des flux migratoires réalistes, afin de sanctuariser un véritable droit d’asile, et cette fragilité européenne rejaillit face à chaque situation préoccupante. L’erreur de l’Europe est de n’avoir pas construit un bon accord de Schengen, de ne pas s’être occupée de ses frontières externes. Védrine disait d’ailleurs autrefois « il ne faudrait pas que les Européens deviennent les idiots du village global ». Cependant, les idéaux européens sont magnifiques, proches de la charte des Nations unies, et il ne faut pas les ridiculiser. D’ailleurs, les Européens sont contents du fonctionnement de l’Europe, sans pour autant vouloir aller plus loin afin de ne pas renoncer à leur identité. Pour Védrine, les mouvements migratoires ne sont pas toujours synonymes de guerre, ils ne sont dangereux que s’ils ne pas sont pas gérés, mais peuvent être bénéfiques et importants dans l’histoire du pays, s’il arrivent dans une faible proportion et avec une volonté d’assimilation.

Pour Zemmour, la situation géopolitique actuelle est faite de deux choses : d’abord, certains pays sont encore des État-nations, comme la Russie et la Turquie, et vivent selon des rapports de force. De l’autre côté, les Européens sont entrés dans l’après-histoire et croient que le monde est celui du commerce. Ils sont donc perdus face au monde actuel des rapport de force. Ensuite, Erdogan montre que l’immigration est la guerre, que les mouvements de population ont toujours été des actes de guerre. La Turquie cherche ainsi à remplacer toute population par une population musulmane sunnite, que ce soit en Grèce, en Syrie ou en France. Il profite pour cela de la faiblesse et de la lâcheté de l’Europe qui refuse de comprendre son plan. C’est ainsi qu’il appelle ses ressortissants à avoir « non pas trois, mais cinq enfants », et appelle l’assimilation un crime contre l’humanité. L’Europe a décidé de sortir de l’histoire, de désintégrer les nations, d’imposer un monde d’individus et de grandes structures.

Pour concilier les considérations morales et humanitaires et la puissance politique, les Européens doivent revenir à l’idée de puissance, comme les Français le disent sans être écoutés. La cogestion de l’espace Schengen est indispensable, car les différents pays d’Europe pris séparément ne pourraient pas répondre mieux aux problèmes actuels. Enfin, la gestion des flux migratoires est indispensable car laisser les gens s’accumuler porte de la Chapelle n’a rien d’humanitaire. Les jeunes dynamiques et courageux doivent rester dans leur pays pour le construire. Selon Zemmour, ce sont les États-nations qui ont pris des décisions solitaires, contre la Commission, qui défendent l’Europe, comme la Hongrie qui a fermé les frontières. Tous les migrants sont des envahisseurs et l’Europe va à sa mort si elle ne renonce pas à ses principes humanitaires. Elle doit donc s’aligner sur la Pologne et la Hongrie, et refuser tout migrant, en particulier musulman.

Pour terminer, Védrine et Zemmour, ont discuté du « plan caché » d’Erdogan, qui en fait n’est « pas tellement caché ». Védrine explique qu’il veut constituer une puissance impérialiste succédant à l’Empire ottoman. Il veut influencer les pays voisins, c’est pourquoi il empêche la prise d’autonomie des Kurdes. Face à cette menace, l’Europe doit savoir ce qu’elle veut. Le monde d’aujourd’hui est le théâtre d’un affrontement général entre la minorité musulmane sunnite salafiste et les autres, et l’erreur est de tout amalgamer. En effet, les sociétés résistent partout, avec des avocates tunisiennes, des femmes, des intellectuels. Il faut donc distinguer, aider ces bonnes volontés, aider les musulmans modérés à résister. Selon Zemmour, Erdogan, frère musulman et islamiste, veut reconstituer l’Empire ottoman et étendre l’islam, ce que Védrine confirme. Il soutient le califat, a soutenu Daech jusqu’en 2015, ce qui rend la présence de la Turquie dans l’Otan incompréhensible. Par ailleurs, les musulmans modérés sont appelés à disparaître, comme ils l’ont toujours fait, happés par un islamisme qui n’est rien d’autre qu’un islam en mouvement. L’islamisation du monde est un phénomène mondial dans lequel la France est en première ligne, puisqu’elle a la plus importante population musulmane d’Europe. Si Védrine qualifie cette analyse de nihiliste et trop tragique, Zemmour affirme qu’il est nécessaire de s’armer et de se préparer à une guerre réelle.

Pour aller plus loin
Le projet d’Erdogan est loin d’être la lubie d’un homme politique isolé, l’islamisation du monde par tous les moyens, dont le djihad, est en fait inscrite dans l’islam et le Coran. Le djihad est ainsi cité dans près de 250 versets du Coran, sur les 6 236. Le djihad en acte, aussi appelé guerre sainte, fait d’ailleurs partie de la religion musulmane, et ce depuis ses débuts, avec l’hégire. Elle appelle les musulmans à tuer tous les « infidèles » jusqu’à ce qu’ils se convertissent. L’objectif de l’islam est donc d’arriver à un monde peuplé de musulmans et de dhimmis, non musulmans acceptant des pratiques discriminatoires et ségrégationnistes instaurant une inégalité légale et factuelle entre les musulmans et les non musulmans.

Adelaïde Paiguille

Print Friendly, PDF & Email
Notifiez de
zéphyrin

débat entre deux entités non miscibles . D’un côté Hubert Védrine diplomate blanchi sous le harnais, plutôt brillant au demeurant (en tout cas meilleur que beaucoup)
de l’autre Eric Zemmour polémiste et trublion brillant également , et qui n’a pas les mains liées par le politiquement correct.
Chacun a joué son rôle , déplaisant aux uns, déplaisants aux autres….
réjouissons nous que ces escarmouches sympas soient encore possibles.

Desproges

On me dit que des juifs se sont glissés dans le site?

POLYEUCTE

A quoi servent ces redites ?
J’avais ressorti Védrine de la Fange…
Il y est retombé !

Molina

Alors que l’autre personnage sur la photo est representé « normal » , Il faut etre vraiment vicieux pour aller faire un arrêt sur image de Zemmour en face a face pour qu’il ressemble a buster keaton ou de funes !nous faisons tous des grimaces d’expressivité et de circonstance dans un debat, ce n’est pas notre moi entier! , On peut exactement faire la même chose avec n’importe qui et saisir ce qu’on veut pour le desservir . il faut constater que vous ne l’aimez pas zemmour mais meme lorsqu’on n’aime pas on peut respecter et représenter les gens dans une posture non manipulée et qui ne porte pas atteinte a leur image ou alors dans ce cas pourquoi ne pas aller faire systématiquement des arrêt sur image dégradants sur tous les cinglés de les raclures en marche ? il y a de quoi faire !

J-C Jourdan

Cést quoi ce charabia Molina.?

numa

RIDICULE L’expression de Zemmour levant les yeux au ciel lorsqu’il entend un argument particulièrement niais n’a rien qui soit dégradant pour lui, cette mimique lui appartient bien et nous ferions de même devant une ânerie manifeste. Bref, j’ai trouvé le contraste entre les deux photos très représentatif des face à face où Zemmour réagit avec humour à la faiblesse argumentative de ses interlocuteurs.

Vincent L.

D’accord avec vous. Elle est marrante son expression et elle veut bien dire ce qu’elle veut dire. C’est du n’importe quoi ce qu’il a en face de lui.

Marnie

Védrine affiche clairement son désintérêt pour la France et ses habitants. Ce qui lui parle vraiment c’est le Continent africain. Un con de plus dans le paysage français.

Phil93

Herrr dogan n’en a plus pour longtemps à vivre. il fait construire une mosquée pharaonique dans son pays et veut convertir le monde à l’islam , ce qui lui ouvrira un paradis à au moins 250 vierges !!!
quand les politiques du monde entier auront compris qu’ils ont affaire à un fanatique religieux fou dangereux de la pire espèce de dictateurs, ils auront TOUT compris !!!
mais comme pour le coronavirus en fRance on attend et on ne fait rien. jusqu’à ce qu’il soit trop tard ? jusqu’à ce que le nombre de victimes des deux pires virus actuellement sur terre (coran-ovirus et coronavirus) soient innombrables ?!
complot , théorie du complot bien sûr ! en attendant les actualités vont TOUTES dans le sens d’un complot des élites pour remplacer et diminuer la population mondiale !

VIKING

BRAVO Eric Zemmour : vous affrontez tous les soirs des “experts en tout genre” et vous leur clouez le “bec” à tous avez des arguments précis, forts, travaillés. Avec cordialité vous leur assénez des vérités absolues qui finiront par porter leurs fruits auprès des naïfs. Je vous admire, merci à vous.

HARGOTT

“Plug anal sur la place Vendôme”: si l’on considère qu’un tel objet (fabriqué en usine et dont on connaît bien l’utilité), c’est de l’art, alors, tout est permis!

Louis

Plug anal autorisé mais Jean Marie bigard sanctionné….

HARGOTT

Michaud: “l’art, c’est ce qui nous émeut”. Très très court! Si on lui donne raison, alors les pires scènes gore des films les plus violents sont le sommet de l’art. C’est une thèse d’abrutis qui ont remplacé la raison et l’intelligence par l’agitation et le pleurs des “foules sentimentales (Souchon). L’émotion causée par l’art résulte de la transcendance de la condition humaine ressentie devant une oeuvre conçue rationnellement et avec “art” (c’est à dire par une technique supérieure): c’est peut-être une émotion, mais elle est purement esthétique, abstraite. Il y a tant de circonstances triviales qui “nous émeuvent” et ne sont pas de l’art! Pauvre type!

numa

bien vu ; bien dit… cette dictature de “l’émotion” n’a aucun sens…

HARGOTT

Touraine a osé comparer “l’épidémie” de sida à celle du coronavirus, en expliquant que les mesures prises au début du sida nous avaient beaucoup enseigné pour contrer l’épidémie actuelle. J’ai failli shooter mon écran, de colère. Comment peut-on comparer l’impact de la maladie la plus évitable du monde (il suffisait de ne pas se faire enc… pour léviter) une autre maladie qu’on attrape en se contentant de respirer? Aucun rapport, pas même sexuel entre la façon d’éviter les deux! Comment ce pauvre type peut-il être médecin et même professeur de médecine? Une honte nationale et j’aimerais pouvoir le lui dire les yeux dans les yeux. Notre “nouveau monde” est peuplé de salauds et d’imbéciles.

Molina

Exact on l’attrape en respirant , levez donc les yeux , qui va échapper a ça ? :les plus anciens d’entre nous savent tes bien qu’AUCUN avion dit « à réaction » ne lâchait dans l’atmosphère ces millions de tonnes de particules chimiques (« chemtrails » ) avant 2001 . autre constat : alors que notre ciel est zébré jour et nuit et qu’on cherche en vain un coin de ciel bleu non pollué comme avant 2001 , comme par magie plus AUCUN chemtrail n’a été visible dans la quinzaine suivant l’élection de trump . quand on sait qui dirige tout et fait la guerre a tout le monde sur cette planète posez vous des questions . https://www.youtube.com/watch?v=5UXZJ0O0NHM https://www.youtube.com/watch?v=rEUg8uLoZNY

a.hourquetted'are

Quel travail! Bravo pour cet article.
En lisant , on s’aperçoit que l’on a, déjà, oublié plein d’arguments!

Almatho

Ce député, descrozaille qui au cours du face à face déclare qu’un agriculteur peut très bien vivre avec 300 euros par mois!! Les gens de la terre apprécieront.

HARGOTT

Non, non: il a dit 350 €. Bon, enfin! On apprécie quand même!

Almatho

Ah si c’est 350 euros alors c’est plus pareil hahaha!

lustucru

c’est un événement d’une importance historique, peut-être ces “face à face” avec Christine Kelly et Zemmour, parce qu’il permet d’entendre à travers les arguments et points de vue des décideurs de vive voix en direct, leur idiotie, leur folie que zemmour fait remonter à la surface pour que tous les téléspectateurs, puissent réaliser qui ils ont laissé accéder aux plus hautes fonctions de l’état.C’est vertigineux !

HARGOTT

Oh! Quand il a traité Lang d’idiot utile des frères musulmans!

patphil

avez vous remarqué qu’ils accusent tous zemmour de dire n’importe quoi, de faire du catastrophisme, d’outrer les propos , bref la même rengaine sur tous les sujets, sans toutefois dire qu’il ment (ça c’est eux!)

Marcel Proute

On se repait chaque soir des prophéties de Saint Zemmour le Berbère !

Sigismond

Prout prout allez vous exprimer plus loin

Racamille

C’est quand-même mieux que les salamalecs de mohamerde non ?

Molina

vous avez bien choisi votre nom : aucun respect de soi meme !

Marcel Proute

Je me mets au niveau des gens qui fréquentent ce kolkhoze à pensée rance !

numa

“kolkhoze” ?… ça ne connaît pas le sens des mots, ça exsude l’antisémitisme par tous les pores et ça a encore des prétentions intellectuelles…

Patrick VERRO

Excellent travail d’analyses et de synthèse : félicitations.
Toutefois je constate qu’Eric Zemmour, avec constance, crédibilité et pugnacité, est bien seul à défendre les idées de l’extrême France” face à une armada d’idéologues gaucho-islamo collabos-mondialo affairo-écolo-non hétéro qui prennent du plaisir à détruire notre civilisation et notre Culture…

Molina

et en quoi un peuple français blanc qui ne veut ni mourrir ni etre submergé par le tiers monde doit il etre traité d”extreme” parce que oooouuuuuh ça fait peuuuuur! c’est une expression anxiogene crée tout expres ,comme le mot “racisme” (les freres siamois ou tetes multiples de l’hydre modialiste )et c’est pour ça qu’elle nous est martellée a tous bouts de champs pour nous “stigmatiser” et rester au pouvoir !alors que lorsqu’ils parlent des gauchis ils disent sciemment , non pas comme il se devrait ” EXTREME gauche” ni meme ultra gauche , mais “gauche radicale” ça fait plus bizounours ! allez hop continuez d ‘envahir ! la “republique” des salauds et des traitres est sauvée !

Vincent L.

Pourquoi reprendre le terme d’extrême qui n’est dit que par des mondialistes extrémistes afin de discréditer les patriotes qui souhaitent vivre en France (tout court) et non pas en terre musulmane.

.Dupond1

Védrine : Avec un guérrier pareil de l’époque mitterandi ,il est facile a comprendre que nous soyons dans la panade . Son apparition face a Zemmour n’a pas enjolivé son cursus loin s’en faut .Et puis lorsque l’on s’adresse a un interlocuteur on ne dit pas “lui” mais Eric Zemmour ou Zemmour tout court …..cela prouve que meme en faisant science po et l’ENA on peut par vanité se passer de la politesse et rester un connard qui serait oublié de la population s’il n’avait eu l’idée de venir mandier une apparition sur un plateau TV pour rappeller son éxistance dont tout le monde se fout

Molina

tout a fait d’accord ça sent le sapin pour micron alors toutes les larves et autres insectes xylophages se mettent a grouiller sur les plateaux TV

Patrick Granville

Vedrine sous Mitterrand était un gros idéologue pro palestinien anti israélien un apparatchik du système socialo communiste qui a muté en islamo gauchiste. Une horreur et une erreur de la nature ce mec!

Lire Aussi