1

Zemmour : vers le 2e tour, ralliement de Nicolas Bay et Mont-Saint-Michel…

Une belle semaine !

C’est depuis le Mont-Saint-Michel qu’Éric Zemmour nous livre un discours mémorable à la gloire de la France.

Le thème ? « Notre droit à la grandeur et notre devoir de puissance »

Qui d’autre que notre champion pourrait être autant imprégné de cette grandeur et de cet amour de la France ?

Quel contraste avec un Macron, ce misérable Président insignifiant, qui n’a cessé d’insulter le peuple français et de salir notre pays, méprisant sa culture et crachant sur son histoire, allant jusqu’à accuser la France de crime contre l’humanité et notre armée d’actes de barbarie.

Le Mont-Saint-Michel, c’est le symbole de notre France éternelle. Le troisième joyau de notre patrimoine architectural, avec la tour Eiffel et le château de Versailles.

Vieux de 13 siècles, ce chef-d’oeuvre de l’architecture gothique fut à la fois le refuge des populations terrifiées par les raids vikings et le temple du savoir médiéval, grâce aux moines bénédictins qui ont traduit ou retranscrit les textes grecs et romains. Ce sont eux qui ont tissé le lien culturel entre l’Antiquité et la Renaissance.

Éric ne pouvait choisir endroit plus magique pour nous parler de la grandeur de la France.

Donné au second tour par un sondage Ifop, avec 16,5 %, il est clair que la dynamique est de son côté, grâce à son travail acharné et grâce à son équipe infatigable. Qui eût cru un tel succès, une telle organisation en juin, quand Éric, isolé et évalué à 3 %, hésitait à se jeter dans l’arène ? Son aventure est tout simplement époustouflante.

Zemmour remplit les salles, fait le buzz sur les réseaux sociaux, occupe l’espace médiatique quotidiennement, impose ses idées à ses concurrents, son tout jeune parti Reconquête dépasse les 100 000 adhérents en deux mois et les ralliements se multiplient. C’est du jamais vu.

12 h 

Après l’intervention de Nicolas Bay, qui vient de rallier Reconquête et qui exprime son enthousiasme à participer au noble combat du sauvetage de la France aux côtés d’Éric Zemmour, notre candidat arrive, entouré de ses fidèles, Peltier, Rivière, de Villiers, Sarah…

Pas de casseurs, pas d’antifas ni d’islamo-gauchistes. Uniquement des patriotes amoureux de leurs pays, venus affronter le vent glacial des côtes normandes et écouter leur champion.

« Je suis heureux d’être parmi vous, merci à vous, merci à ceux qui m’accompagnent. »

Nous avons vaincu nos doutes, nous avons vaincu le politiquement correct et il fait beau. C’est le Soleil d’Austerlitz !

Je suis là pour vous parler de la puissance de la France face aux menaces de l’Histoire.

Le Mont-Saint-Michel, c’est le symbole de la magnificence de la France, le symbole des nations pérennes. Saint Michel, c’est le chef de l’armée céleste dans le combat entre le Bien et le Mal, un ange militaire pour mener le combat spirituel.

L’Histoire s’écrit dans les guerres. Au XXe siècle, les immenses progrès scientifiques ont côtoyé les pires massacres. Protéger son pays, c’est assurer la survie de son peuple.

En ce lieu, je veux vous parler de puissance. La France est un grand pays par le génie de son peuple, mais c’est un petit pays par sa surface, 30 fois plus petit que la Russie, plus petit que les États-Unis, que l’Inde, que l’Australie…

Mais le peuple français doit avoir la volonté d’être grand.

Certains pensent que notre passé glorieux a disparu à jamais et que notre salut passe par l’Union européenne, par l’Otan, c’est un esprit de défaite.

Emmanuel Macron a capitulé devant les États-Unis et l’Australie qui ont torpillé le contrat des sous-marins. Il a humilié le peuple français en se soumettant sans la moindre réaction. Il fait de la France un pays minuscule et soumis.

En 2017, la France a élu le néant. Macron a fait de la France un pays vassal, un pays faible, une marionnette.

Nous avons un devoir de puissance

Nous devons rester indépendants et ne nous soumettre à personne, ni aux Américains, ni aux Russes, ni à l’Europe. Ayons des alliés, mais pas de suzerain. Préparons-nous.

Un tacticien disait : « Si vous échouez à vous préparer, préparez-vous à échouer »

Nous voulons un gaullisme de reconquête. Notre dissuasion nucléaire est notre trésor national.

Défendons nos propres intérêts. Intervenir en Libye, ce n’est pas ce que veut un soldat.

Un soldat veut mourir pour la France, pas pour les droits de l’homme !

Les intérêts de la France sont le but ultime de toute politique. 

La puissance de la France est la chose la plus importante au monde.

Je rends hommage à nos soldats et à tous ceux qui sont morts pour la France. Notre armée souffre de tout.

Elle manque de moyens, en effectifs et en matériels. Elle souffre du manque de reconnaissance et de considération de la part des politiques. Nous dépendons des États-Unis pour toutes nos opérations.

Sachez qu’au bout de trois jours, nous serions à court de munitions dans un conflit de haute intensité. Nous pensons qu’il n’y aura pas de guerre et nous comptons sur les États-Unis. Erreur.

Nous devons nous protéger nous-mêmes.

Le devoir de puissance, c’est notre devoir de prudence.

Je porterai le budget défense à 70 milliards en 2030, c’est un minimum.

J’augmenterai les effectifs, le nombre de chars, d’avions, de navires et nous aurons deux porte-avions.

Je combattrai les gaspillages et supprimerai l’aide au développement qui nous coûte 14 milliards.

Je ne veux plus d’assistanat en France, ni à l’étranger.

Je changerai notre diplomatie. Nous ne serons les vassaux d’aucun impérialisme. Nous resterons libres et seuls nos intérêts importeront.

Je quitterai le commandement intégré de l’Otan. C’est un message fort.

Et jamais je ne céderai notre siège permanent au Conseil de sécurité de l’Onu.

Je protégerai et développerai notre industrie de défense. Notre puissance, c’est notre inventivité, nos chercheurs, nos ingénieurs, nos techniciens, nos ouvriers.

Je protégerai nos brevets et renégocierai notre coopération avec les Allemands.

Tous les programmes communs, chars, avions, etc. devront respecter les intérêts français.

J’accorderai la préférence nationale pour nos commandes publiques.

Je créerai un « ministère des Armées et des Industries de défense »

La France est une terre de brevets. L’élan militaire et technologique nourrira notre prospérité

Il nous faut une politique cohérente. Je protégerai notre énergie nucléaire.

Nous avons 50 jours pour rassembler et gagner.

Je serai le président d’un État du devoir de puissance, de grandeur, de liberté.

L’esprit de reconquête, c’est nous.

Vive notre souveraineté, vive notre indépendance, vive la République et surtout vive la France !

Et l’auditoire de clamer « On va gagner », avant d’entonner la Marseillaise.

Un discours, sincère, volontaire, convaincant.

Il est clair qu’Éric Zemmour est de loin le Président qu’il nous faut.

Car pour sauver notre France en perdition, ruinée et attaquée de l’intérieur comme de l’extérieur, par un islam politique qui refuse de s’intégrer et par une concurrence mondiale déloyale, il nous faut un Président qui aime la France au point de faire passer les intérêts nationaux avant toute autre considération.

Tous les autres candidats ne sont au service que de leur ambition personnelle, Macron en tête.

Et j’espère qu’au cours des semaines qui viennent, l’immense armée des abstentionnistes, désabusés et résignés, vont découvrir ce grand patriote, sincère et résolu, qui leur propose une offre politique nouvelle et ambitieuse.

Jacques Guillemain