Zohra, coupable d'aimer un non-musulman, enlevée par quatre membres de sa famille !

C’est un article du Parisien qui nous apprend ce « fait divers » comme il en existe tant en France :
http://www.leparisien.fr/faits-divers/une-jeune-femme-enlevee-par-sa-famille-16-08-2011-1567286.php
Zohra, enseignante de 25 ans, a eu le tort de se mettre en couple avec un « non-musulman », ce qui est formellement interdit par la loi islamique.
Toute sa famille (père, mère, frère et sœur) se sont donc organisés pour la kidnapper avec violence.
C’est plus qu’un fait divers : c’est l’application stricte et littérale de la charia, la loi qu’Allah aurait transmise à Mahomet par le Coran. C’est plus qu’un délit de droit commun : c’est la démonstration que l’islam est foncièrement incompatible avec nos valeurs et nos lois.
Ce n’est pas un cas isolé. Quasiment toutes les filles d’origine musulmanes qui fréquentent ou épousent des « non-musulmans » ont droit au rejet de leur famille, qui va de la simple répudiation jusqu’à la violence voire la mise à mort.
Il se trouvera toujours un imam local qui nous sortira le verset « nul contrainte en religion ». C’est une escroquerie sans nom, puisque ce verset signifie qu’on ne peut contraindre un musulman à ne pas pratiquer intégralement sa religion, et donc n’a rien à voir avec la liberté de conscience.
Les quatre tortionnaires de la famille de Zohra encourent vingt ans de réclusion criminelle. Mais ce qu’il faudrait faire, c’est immédiatement renvoyer ces gens en Algérie, en terre d’islam, puisqu’ils n’ont pas leur place dans notre société des droits de l’Homme et de la liberté de conscience. Et combien de pères, de mères, de frères et de sœurs sont dans ce cas dans notre pays !
Je voudrais que nos lecteurs non-musulmans se rendent compte de l’horreur de ce fait divers. Oseriez-vous battre et séquestrer votre fille ou votre sœur pour de simples raisons « religieuses » ? Bien sûr que non. Il n’y a que l’islam et autres totalitarismes qui poussent à de telles extrémités dénuées de tous sentiments humains.
Alors l’islam « religion d’amour, de tolérance et de paix », vantée à grand renfort pendant cette période de Ramadan, laissez-moi rire… ou pleurer.
Djamila GERARD

image_pdf
0
0